25 octobre 1832 : Lettre de François-Charles à Georges-René

Résumé de la lettre

François-Charles écrit à son neveu Georges-René de Beaujeu, habitant au Canada. Il est maintenant au courant de la mort de Jacques-Philippe Saveuse. François-Charles expose à son neveu la nature de sa situation financière, supposant sans doute que c'est ce dernier maintenant qui se chargera de lui faire parvenir sa pension provenant de la succession de JDE.

Mots clés

Organisation sociale, activités économiques, réalités politiques, maladie

Transcription


Page 1
Lettre du 25 octobre 1832, page 1

Cliquez pour agrandir

Mon cher neveu, voici la troisieme lettre que je vous
adresse à mon frère, ainsi qu’à toi, depuis le mois
de juin 1832[1]. Mon dernier courier était en réponse à
la perte affreuse que nous avons faite[2], et que tu dois
avoir reçu si toutes fois le choléra qui, dit-on, s’est
jetté sur Newyorck avec la plus violente intensité[3]; n’a
pas mis obstacle à sa réception; et c’est d’après cette
crainte que je me décide à te répetter icy, ce que je te
mandais dans ma derniere.

Tu ne dois pas douter, mon ami, à quel point la perte
que tu m’as annoncée, a dû être terrassante pour mon
âme! Non, je ne m’attendais pas à ce surcroit de malheur!
Eh! grand Dieu! n’avais-je pas assez de mes propres
peines; sans avoir à pleurer le meilleur des frères?
Donne nous, le plutôt, des nouvelles de toute la famille.
Parle nous, surtout, de ta malheureuse mère, dis lui
qu’elle ne doute jamais de notre vif intérêt pour elle,
intérêt qui rejaillit sur vous, mes bien aimés enfans.

Permets que je te parle maintenant de ton malheureux
oncle, et de ta tante, tous deux réduits |par la dernière
révolution| au dénuement le plus affreux[4].


Page 2
Lettre du 25 octobre 1832, page 2

Cliquez pour agrandir

Ma femme s’est vue dépouillée d’une pension de mille
francs, son unique éxistence. Les douze cents francs
de pension qui me sont dûs par le testament de notre oncle,
le baron de Longueuïl, et que mon frère était
chargé de me payer; sont restés, depuis deux ans,
dans les mains de ce même frère pour répondre à
une somme de quatre mille francs qu’il me fit
passer par Mr Hart Logan de Londres, le deux
mars 1831. Je dois te faire remarquer qu’à cette
époque mon frère me devait une année qui, s’est trouvée
comprise dans l’envoi des quatre mille francs.
Quoiqu’il en soit, je reclame secours, de vous tous; car
n’ayant plus que ma faible retraite de douze cents francs,
sur lesquels je suis forcé de prélever un loyer de quatre cents
francs |puisque je n’ai pû faire résilier mon bail|
il ne nous reste donc que huit cents francs pour toute
éxistence, dans un moment, surtout, où les denrées sont
hors de prix; tu peux juger facilement de la vie pénible
que doivent trainer des personnes de notre âge, ne
possédant d’autres ressources que celle dont je te parle[5].


Page 3
Lettre du 25 octobre 1832, page 3

Cliquez pour agrandir

C’est donc à votre intérêt, à votre amitié, que nous
pouvons avoir recours; je les adjure donc au nom de
la Divinité! Mais mon âme se rassure, non, non,
le même sang coule dans nos veines, et toujours le plus
tendre sentiment pour les miens, fut mon partage.

Tu ne dois pas douter, mon cher neveu, avec quelle
impatience j’attends de vos nouvelles. Dieu fasse qu’elles
soient conformes à mes souhaits pour vous!

Adieu, mon cher George, ma femme se réunit a moi
pour vous réitérer l’assurance de notre inviolable
sentiment, et de la part bien vive, bien sincère, que nous
avons prise à votre malheur, malheur qui nous
était commun!

Tout à toi ton oncle

Le Cte de Beaujeu

Au Plessis Chamant
près Senlis ce 25 8bre 1832.


P03/A.279, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Notes

  1. Nous n'avons que celle du 24 juillet 1832 et la présente lettre. François-Charles explique que dans sa dernière lettre, il parlait de la perte affreuse que la famille venait de subir. Cette lettre a sans doute été écrite après le 24 juillet 1832 et évidemment, avant le 25 octobre 1832.
  2. Il est question de la mort de Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu, le 19 juin 1832 à Montréal, des suites du choléra.
  3. À New York, l'épidémie de choléra fit 3 515 morts sur une population de 250 000 personnes.
  4. Saveuse étant décédé, il revient maintenant à ses héritiers de s'occuper des charges qui proviennent du testament de Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil. François-Charles reçoit une pension de 1 200 francs qui vient de cette succession. Voilà donc pourquoi François-Charles recommence ses explications sur sa situation financière précaire.
  5. Pour les détails et explications de la situation financière de François-Charles et de son épouse, lire la lettre du 24 juillet 1832.
Retour vers le haut de la page