24 mai 1830 : Brouillon de lettre de Saveuse à Thavenet

Résumé du document

Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu écrit un brouillon de lettre à Jean-Baptiste Thavenet, supérieur général de St-Sulpice à Paris. Cette lettre fait suite à celle du 16 mars de la même année.

Mots clés

Activités économiques

Transcription


Page 1
Brouillon de lettre de Saveuse à Thavenet, page 1

Cliquez pour agrandir

M[onsieu]r Thavenet

En vous accusant la réception de vos lettres, je m’emprèsse
de vous faire mes plus reconnoissant remerciements de la
toute & prompte & ordinaire exactitude avec laquelle
vous avez bien voulu avoir la bonté de faire parvenir
à mon frère l’envoi dont j’avais pris la liberté de vous
charger, il m’en a avisé aussitôt & l’en felicitant.

Quant à M[onsieu]r Durocher, je lui ai communiqué ainsi que
recommandé le paragraphe qui le concernait dans votre lettre
du 16 mars dernier. Il y a été très sensible jusqu’aux larmes
même & je ne vous cache pas que je n’etais pas
indifférent. Il [s’est donc] executé lui même, du
peu de meubles qui lui retirent autant pour vivre le
couvrir que pour payer sa pension, et en dernier
lieu cela montre &n’a pas réellement &&&
que la somme de 180 #
de la [vérité] de laquelle
il n’a après la pension la balance restant due pour
la pension puis d’un voyage nécessaire au 23.R. pour les
affaires. Il n’a pu me remettre que la somme de 180 #
que j’ai versé aussitôt en mains de M[onsieu]r Lafxxfxxx
supérieur de la congrégation (appart [???]
Permettez mon cher M[onsieur] que je me rappelle ici
de suspendre un peu votre courroux & de prendre encore
un peu patience envers le debiteur. Il n’est pas je crois
sincerement du nombre de ceux qui ne mentent pas
d’instinct; il [est prêt] à tout sacrifier pour payer cette
dette qu’il regarde comme sacrée; il me donne ce qu’il
a, ces fonds [sont] trop engagés pour me déterminer
à procéde ultérieurement; il est réduit au point
d’être obligé de quitter la pension en ville pour se
retirer dans une petite à la campagne. On attend [sur]
la décision finale du procès de famille dont un interio =
= cutoire quoique jugé à Québec en faveur des héritiers, est
menacé par les[intérêts] apparants & l’executeur testamentaire
d’appel en Angleterre. Telle est le pottin, elle me
paroit être trop triste pour ne pas y être sensible &


Page 2
Brouillon de lettre de Saveuse à Thavenet, page 2

Cliquez pour agrandir

croyez bien M[onsieu]r que je n’aurais pas vous
le recommander si je ne l’en [pensois] pas digne
& des procédés sincères. veuillez Agréer
je vous prie nos meilleurs souhaits &
l’assurance de la reconnaissance respectueuse
avec laquelle j’ai l’honneur d’être
M.... votre très hu[mble]...

24 mai 1830


P03/B.063, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Retour vers le haut de la page