1 avril 1822 : Lettre de François-Charles à Saveuse

Résumé de la lettre

François-Charles écrit de Senlis à son frère Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu habitant au Canada. Il débute avec les remerciements d’usage pour l’envoi d’argent et justifie sa façon de dépenser les sommes. Il explique vouloir s’installer en campagne pour sa santé. Il répond à son frère concernant une question que Jacques-Philippe lui a posée sur ses amis et son entourage. Enfin, il lui parle de la situation en Europe et de l’éducation à donner à son fils.

Mots clés

Activités économiques, organisation sociale, réalités politiques

Transcription


Page 1
Lettre du 1 avril 1822, page 1

Cliquez pour agrandir

Senlis ce 1r avril 1822.

Je suis d’autant plus sensible, mon cher frère, au secours que vous
avez bien voulu me faire passer; que la belle âme de vôtre aimable
compagne était de moitié dans ce généreux envoi[1]. Qu’elle veuille
bien agréer icy mes sincères remerciemens et mes regrets de ne
pouvoir lui exprimer de vive voix tout l’etendue de ma vive reconnaissance.

Si des évênemens imprévus, insurmontables, m’ont forcé de
contracter des déttes; n’allez pas croire, mon ami, que je
m’en fasse une habitude et qu’en homme autant égoïste qu’indiscret,
j’abuse de votre générosité, ainsi que des droits que la nature nous
a donnés l’un envers l’autre. Oui, mon cher frère, malgré qu’il
soit bien pénible à un homme qui, pendant la plus grande partie
de sa vie a joui de toutes les faveurs de la fortune, de se voir réduit
dans sa vieillesse, à onze misérables cents francs pour toute
éxistence[2]; mon courage, ma délicatesse, seront toujours mes
guides dans mes dépenses.

Je suis au moment de quitter Senlis pour me fixer à la campagne.
Je viens de louer à une demi lieue de cette ville une petite retraite[3].
Ma santé éxigeant de l’exercice, je serai plus à même de m’y livrer
dans les champs. Dailleurs depuis des années, le monde a perdu
à mes yeux tous ses attraits. J’aime la solitude et le siecle où
nous vivons, me la fait chérir plus que jamais.

Vous désirez, mon ami, savoir les noms des personnes avec les
quelles je suis en liaison d’amitié? Hélas! vous savez comme moi,
que l’homme qui poursuit une longue carriere, et qui surtout a
traversé trente années de révolution; se voit ordinairement dans
un monde tout neuf pour lui. Voila à peu de choses près, ma
position. Car excèpté la famille de Vergennes dans laquelle
je conserve encore deux bons amis[4], mais qui aussi malheureux que moi, et
par conséquent n’ayant pas la même influence qu’autrefois et que leur père ministre
des affaires étrangères répandait sur eux; trainent une vie assez malheureuse
dans la capitalle.


Page 2
Lettre du 1 avril 1822, page 2

Cliquez pour agrandir

Je puis ajouter, que malgré que je sois bien venu, je puis dire même,
consideré dans la haute et saine société de Senlis, que je regarde
ceux qui la composent comme de simples étrangers, car on ne
se fait point d’amis dans la vieillesse. Je me trouve donc, pour
ainsi dire, isolé au milieu de ma patrie et j’y attends avec
résignation et sans crainte, le terme qu’il plaira à la providence
de me fixer. Puisse-t-elle, cette sage providence, m’accorder, avant
cette epoque, la douce consolation de vous serrer dans mes bras!

L’agitation où se trouve l’Espagne, nous communique de tems à autre
quelques accès de cette fiévre révolutionnaire qui la dévore[5]. Il
semble qu’aujourd’huy, le mot infâme et flétrissant, de conspirateur;
soit mis au nombre de ceux qui servent à nommer les vertus.
Chacun vise à cette elévation de gloire; les conspirations éclattent
de toutes parts. Qui ne doit prévoir où cet excès de démoralisation
conduira notre malheureuse Europe? J’aime à penser que notre
terre natalle, n’est point infectée de cette contagion dévastatrice. Combien
je le désire pour votre repos et celui des êtres qui vous sont chers!

Vous ne pouvez douter, mon ami, du plaisir que j’aurais
à me charger de votre cher enfant qui, certainement remplacerait
dans mon âme, celui que j’ai perdu. Mais permettez moi quelques
réfléxions. Je vous avoue que je suis plus que jamais opposé à
notre education publique[6]. Si les sages principes sont la
boussole qu’un père doit présenter à son fils pour l’aider à traverser
avec moins de périls, la mer orageuse de la vie; ce n’est certainement
pas dans nos ecolles que l’on peut les puiser? Comment
donc faire, me direz vous? Voila le difficile de l’entreprise.
Des maitres particuliers, non seulement se font payer des
prix fous, mais sont généralement des gens présomptueux, éxigeants;
il faut les traiter d’egal à egal, et les surveiller pour leurs mœurs,
car le choix ne doit pas être heureux. Enfin quel est donc le
parti qu’on doit prendre? Celui que je suivrais, le voicy; votre
fils est-il le mien? Je lui dis, je renonce à faire de toi un savant,
j’aime mieux que tu ne sois qu’un honnête homme; et pour cela,
je me charge de ton education. Mais vous sentez, mon ami,


Page 3
Lettre du 1 avril 1822, page 3

Cliquez pour agrandir

qu’un père seul, peut prendre un tel parti, et non pas un chargé de
procuration. Voila mes idées, mon cher frère, peut être sont-elles
éxagérées. Je puis cependant les appuyer des troubles récemment
arrivés à Paris, troubles qui n’ont été causés que par les etudiants
en droit, en médecine, que par des colléges de l’université, et quelques
misérables stipendiés[7].Enfin, mon ami, mon tendre intérêt pour
vous, ma vive sollicitude pour tout ce qui vous est cher, m’ont
engagé à mettre sous vos yeux le hideux tableau de la démoralisation
de nos ecolles. C’est à vous a présent, de pêser le parti que vous
avez à prendre. Si vos projets sont toujours les mêmes; comptez
sur moi, je n’agirai alors que d’après vos instructions, et ferai
tout ce qui dépendra de moi pour vous remplacer auprès de votre
cher enfant.

Adieu, mon ami, rappellez moi au souvenir de vôtre famille
à laquelle j’offre l’assurance de la plus tendre amitié et croyez
moi le plus reconnaissant et le plus attaché des frères.

Le Cte de Beaujeu


P03/A.259, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Notes

  1. La somme est de 200 livres selon un reçu conservé dans le fonds De Beaujeu.
  2. Qui se trouve être le montant de sa pension de colonel.
  3. Il s'agit de Chamant, une petite commune du canton de Senlis.
  4. Ces deux amis sont : Constantin Gravier, comte de Vergennes (voir la lettre du 2 décembre 1782) et son frère Louis-Joseph, vicomte de Vergennes.
  5. Révolte contre le roi Ferdinand VII.
  6. Après la Révolution, l'éducation publique en France devient laïque, gratuite et obligatoire. On peut donc facilement comprendre pourquoi François-Charles s'oppose à cette éducation, lui qui provient d'un milieu aristocrate et qui encense le système monarchique.
  7. Les 7 et 8 mars 1822, il y eut des troubles à l'école de droit et plus de deux cents personnes furent arrêtées.
Retour vers le haut de la page