1 avril 1820 : Lettre de François-Charles à Saveuse

Résumé de la lettre

François-Charles écrit de Senlis à son frère Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu habitant au Canada. Il lui parle de son âge qui l’empêche d’émigrer au Canada et de l’assassinat du Duc de Berry. Il reconnait la bonté de son frère et écrit à propos de la situation de ses biens à St-Domingue. Il est encore question de portrait et surtout qu’il lui envoie celui d'Amédée. François-Charles se remémore sa vie dans la seigneurie de Soulanges et parle du moulin que son frère veut rénover.

Mots clés

Activités économiques, organisation sociale, réalités politiques

Transcription


Page 1
Lettre du 1 avril 1820, page 1

Cliquez pour agrandir

Senlis ce 1r avril 1820.

Veuillez ne jamais douter, mon ami, du vrai plaisir que
j’eprouverais à me réunir à vous, si mon âge, que trente ans
de peines rendent encore plus pesant, ne venait y mettre un
obstacle invincible[1]. Oui sans doute il me serait bien doux,
bien consolant, de connaitre, de serrer sur mon cœur le meilleur
des frères! Un frere, croyez le bien, mon ami, que j’aime comme
moi-même! Plaignez donc l’affreuse destinée qui m’oblige de
terminer ma carriere dans un cruel isolement, sans même
avoir conservé une main amie pour fermer mes paupieres!

Ma santé n’est plus la même depuis six mois; l’hyver
rigoureux que nous venons d’eprouver a beaucoup contribué a
l’altérer, ainsi que les évênemens affreux qui désolent ma patrie
et qui semblent plus que jamais nous annoncer sa ruine.
Les gazettes vous apprendront, sans doute, le fatal assassinat
d’un de nos princes, le duc de Bery; un monstre tel que
l’enfer pourrait en vomir, a détruit d’un coup de poignard, le
meilleur des princes et l’espoir de la France[2]! Quel siecle que
celui cy! Une désorganisation totale régne par toute l’Europe,
et cet absurde systême d’égalité, va bientôt la plonger dans
les horreurs de l’anarchie[3]. Puisse le ciel détourner de sur nous
un tel fléau, et prendre en pitié nos bien longues infortunes!

Je suis pénêtré, mon ami, des soins plus que fraternels que
vous voulez bien accorder à ma pénible éxistence, croyez bien que mon
âme apprécie dans toute sa valeur, votre noble conduite à mon
égard. Aussi que de regrêts amers de tels procédés ne me donnent-
ils pas; lorsqu’envisageant le terme prochain de ma carriere, je me
dis, j’aurai donc vêcu sans le voir cet excèllent frère; lorsqu’il m’eut
été si doux de lui prouver tout l’attachement qu’il mérite
à tant de titres!


Page 2
Lettre du 1 avril 1820, page 2

Cliquez pour agrandir

On parlait (il y a quelques mois) d’arrangemens entre le
gouvernement négre de St Domingue, et les anciens propriétaires
de cette colonie; il était question d’un remboursement du vingtieme
de la valeur des biens[4]. Que je voudrais, mon ami, qu’un tel projet
pût s’effectuer! Héritier de la moitié des biens de mon fils et
de la jouissance de l’autre moitié; je pourrais donc laisser à vos
chers enfans, une preuve de l’attachement et de la vive reconnaissance
que je porte à leur père! Oui, mon ami, puisqu’il a plû a notre
souverain maitre d’ajouter à mes peines la cruelle privation d’un
fils qui m’était bien cher; que du moins les vôtres, le remplacent
dans mon cœur!

J’aime à penser que vous jouissez ainsi que votre aimable
famille, d’une parfaite santé. Dites, je vous prie, à votre chère
compagne, combien je suis sensible à son offre obligeante, en
l’assurant que mon âme la comprend avec vous, dans ses pénibles
regrêts. Priez la de vouloir bien accepter un tendre embrassement
de son vieux frère. Je n’oublie pas mon neveu et ma niece et ,
parlez leur quelquefois de leur malheureux oncle qui les aime
et les regarde comme ses enfans.

Je suis enchanté de savoir que la seconde copie de ma vieille
figure, vous soit parvenue sans éprouver aucune altération[5].
Pensant, mon ami, qu’il ne peut que vous être agréable
de posséder aussi les traits de mon malheureux fils;
j’ai fait copier, le plus fidellement possible, un portrait
que j’ai de lui, et vous le fais passer afin que vous le
réunissiez à celui du pere[6].

Vous allez donc renouveller entiérement le moulin
de Soulanges[7]? Cette dépense toute considérable qu’elle est, devient
dautant plus nécessaire, que vos chers enfans en jouiront
un jour. Je me rappelle avec ravissement ce lieu qui fut


Page 3
Lettre du 1 avril 1820, page 3

Cliquez pour agrandir

le berceau de mon enfance. Je vois ce cap qui s’élève et
s’avance dans une riviere large, rapide, formant dans cet
endroit, surtout, une cascade imposante. Je vois l’azile de notre
respectable grand père, dominant sur le moulin en question,
où la meilleure des mères allait souvent avec nous, se distraire
de sa pénible solitude[8]. Ah! pourquoi m’a-t-on fait quitter
pour les vaines illusions de la vie, tout ce qui doit constituer
le vrai bonheur, vivre au sein d’une famille qui nous est chere!

Adieu, mon ami, mon frere, songez quelquefois à ma pénible
existence, il ne me reste d’autres consolations que mes pensées,
d’autres biens que votre amitié, que je payerai toute ma vie
d’un inviolable retour.

Le Cte de Beaujeu.

P.S. Ne m’oubliez pas auprès de ma bonne sœur Beaujette
que j’embrasse de toute mon âme.
Je me rappelle bien notre neveu Duchenay[9]; nous nous sommes
vus dans un tems moins malheureux que celui cy, mais il
ne fit que passer à Paris et j’ignorai ce qu’il était devenu.
Je suis enchanté d’apprendre de ses nouvelles et vous prie
de l’assurer de toute mon amitié.


P03/A.257, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Notes

  1. On peut facilement imaginer que François-Charles a reçu une invitation ou du moins un encouragement de son frère pour qu'il revienne au Canada.
  2. Il s'agit de Charles Ferdinand d'Artois, duc de Berry, fils de Charles-Philippe, frère de Louis XVIII et futur Charles X. Il fut assassiné à sa sortie de l'opéra le 13 février 1820, vers onze heures du soir, par Louis-Pierre Louvel, qui voulait éteindre en lui la race des Bourbon. Transporté dans une des salles du théâtre, le prince mortellement blessé expira le lendemain à six heures du matin, en ayant pardonné à son assassin. Mais le geste de Louvel aura été inutile puisque la femme du duc, Caroline Des Deux Siciles, est enceinte. Elle donnera naissance au duc de Bordeaux quelques mois plus tard, lequel assurera la continuité de la dynastie mais mourra en 1883 sans postérité.
  3. C'est dans le contexte des suites du traité de Vienne que le duc de Berry est assassiné. François-Charles est un noble attaché aux valeurs de l’Ancien Régime et il voit un grand danger dans tous ces changements qui se produisent à travers l'Europe.
  4. François-Charles espère encore récupérer une partie de l'héritage de son fils. Cependant, il ne peut compter que sur des indemnités, puisqu'à St-Domingue tout est détruit ou en friche. Les négociations continuent entre le gouvernement français et celui d'Haïti.
  5. François-Charles fait référence au deuxième portrait qu'il a envoyé dans sa lettre du 1 avril 1819.
  6. Nous avons une photographie de l'original de cette miniature d'Amédée. C'est la photo de droite dans l'en-tête de cette page. Le médaillon original se trouve au Musée Ramezay.
  7. Le moulin de Soulanges se trouvait sur une pointe près du village de Les Cèdres. Voir la carte.
  8. François-Charles décrit le cap sur lequel se trouvait, en plus du moulin, le manoir de son grand-père, Paul-Joseph Le Moyne de Longueuil. Pendant les années d'enfance de François-Charles, son père, Louis Liénard de Beaujeu, étant militaire de carrière, s'absentait souvent. Il faut se rappeler que c'était pendant la période de la guerre de sept ans (1756-1763).
  9. Il s'agit sans doute d'Antoine-Louis Juchereau Duchesnay (1767-1825), fils d'Antoine et de Julie-Louise Liénard de Beaujeu, la demi-soeur de François-Charles.
Retour vers le haut de la page