16 février 1815 : Lettre de François-Charles à George Gillespie

Résumé de la lettre

Cette lettre, rédigée de Senlis par François-Charles, s’adresse à George Gillespie domicilié au Grand Hôtel de Bourbon à Paris. François-Charles l’avise que M. Périer vient de lui remettre la correspondance de son frère, qu'il lui avait remise, et le remercie. Il demande à George Gillespie de bien vouloir lui remettre les cent livres sterling que son frère Saveuse lui envoie du Canada, par l’entremise de M. Hart Logan, un homme d’affaires montréalais.

Mots clés

Activités économiques

Transcription


Page 1
Lettre du 16 février 1815, page 1

Cliquez pour agrandir

Monsieur,

Mr Périer demeurant rue de Vendôme No 3 au Marais,
chez lequel j’avois donné, à mon frere, mon adresse;
vient de me faire passer à la campagne, les lettres que
vous avez eu la bonté de remettre pour moi, chez lui[1].
Je désirerois, Monsieur, que ma santé put me
permettre de me rendre à Paris et d’aller vous
remercier en personne de la peine que vous vous êtes
donnée; mais je me plais à penser que vous voudrez
bien agrées icy mes sincères remercimens et trouver
bon que je charge un homme de confiance, de toucher
pour moi ( en vous présentant mon reçu ) la somme
de cent livres sterling que mon frere Mr Saveuse
de Beaujeu, m’envoye du Canada, par Mr Hart
Logan merchant de Montreal[2]. Le porteur vous
remettra, pour vous donner plus de sureté, la lettre
que vous m’avez écrite.


Page 2
Lettre du 16 février 1815, page 2

Cliquez pour agrandir

Pour la facilité du transport, oserois je vous prier,
Monsieur, de vouloir bien donner en or le
montant de mon reçu? Vous obligerez celui
qui a l’honneur d’être,

Monsieur,

Votre très humble
et très obéissant serviteur

Le Cte de Beaujeu

À Senlis[3] ce 16 février 1815


P03/A.247, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Notes

  1. George Gillespie, marchand écossais, a donc remis les lettres que Saveuse envoie à son frère François-Charles chez ce monsieur Périer.
  2. Il s'agit sans doute du neveu de Hart Logan, homme d'affaires, armateur et constructeur de navires. Il était propriétaire d’un chantier naval situé sur la pointe à Callières, à l'arrière de l'Hôpital général des Sœurs-Grises à Montréal. Le site a fait l’objet de fouilles archéologiques en 1985. Ce neveu, aussi prénommé Hart, était le fils de William Logan. Il aurait été initié aux affaires par son oncle.
  3. Senlis est une commune française de l'Oise, en Picardie, à environ 50 km au nord de Paris. François-Charles y demeurera jusqu’à la fin de ses jours.
Retour vers le haut de la page