17 mars 1803 : Lettre de François-Charles à sa mère

Résumé de la lettre

François-Charles écrit de Rouen, en Normandie, à sa mère Geneviève Le Moyne de Longueuil habitant au Canada. Il compatit à la peine de sa mère suite au décès de son père, Louis Liénard, et se dit heureux que son oncle Joseph-Dominique-Emmanuel l’ait invitée à vivre chez lui. Il lui indique qu’il est enfin revenu en France et qu'il a appris que les biens de son fils Amédée à St-Domingue sont entièrement dévastés.

Mots clés

Organisation sociale, réalités politiques

Transcription


Page 1
Lettre du 17 mars 1803, page 1

Cliquez pour agrandir

Rouen[1], ce 17 mars

Ma chere maman

Que ne puis je réunir toutes vos peines sur ma tête,
et vous savoir heureuse! Je ne veux point dans
cette lettre renouveller vos douleurs[2], quoique pénétré
autant qu’on peut l’être de la perte que nous avons
éprouvée, ne dois-je pas à la tendresse que je vous porte
de ménager votre sensibilité; et de remercier encore
la providence de vous avoir conservée à nos voeux pour
rendre moins pesant le coup dont elle nous a frappé[3].

Je suis enchanté que mon oncle vous ait engagée
a vous réunir à lui[4]. Votre solitude eut été cruelle,
sa société dumoins fera diversion à vos peines,
et toujours il est bien doux de se voir réunis au
meilleur des parens.

Quoique je sois rendu dans ma patrie, le
bonheur n’est point encore mon partage. Voila
sept mois que je suis a attendre une amnistie
sans la quelle je ne puis terminer aucune affaire[5].
J’ai appris que les biens de mon fils étoient
entiérement dévastés, cependant il pourroit encore
espérer une douce aisance, si toutes fois St
Domingue revenoit dans l’ordre[6].


Page 2
Lettre du 17 mars 1803, page 2

Cliquez pour agrandir

Que je vais être tourmenté dans l’attente de vos
nouvelles! Tranquilisez vous, tendre maman,
conservez des jours qui nous sont précieux, c’est pour
moi le seul bonheur que je prie la providence
de ne pas me refuser.

Je suis, et ne cesserai d’être avec la tendresse
la plus respectueuse

Ma chere maman

Votre très humble et très
obéissant serviteur et fils

De Beaujeu.


P03/A.237, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Notes

  1. François-Charles est de retour en France après une absence de treize ans. La dernière lettre envoyée depuis la France remonte au 27 avril 1790.
  2. Allusion à une citation de Virgile : Infandum, Regina, Jubes Renovare Dolorum - Reine, vous m'ordonnez de rouvrir de cruelles blessures.
  3. Soit le décès de son père Louis Liénard de Beaujeu de Villemonde, survenu le 5 juin 1802.
  4. À ce sujet, lire la lettre du 12 juin 1802, que JDE écrit à FC.
  5. Pour obtenir son aministie, François-Charles devait être rentré en France et avoir prêté serment avant le 23 septembre 1802, selon le décret du 26 avril 1802. Ce qu'il a probablement fait; il attend sans doute les papiers officiels de cette amnistie.
  6. Sans doute suite à l'expédition de St-Domingue qui eut lieu de décembre 1801 à décembre 1803, dans laquelle le général Leclerc était chargé de rétablir l'ordre, et l'autorité de la France.
Retour vers le haut de la page