17 mars 1803 : Lettre d'Amédée à ses oncles

Résumé de la lettre

Cette lettre d’Amédée est jointe à celle de son père postée de Rouen le 17 mars 1803. Elle s’adresse à ses oncles paternels, Louis-Joseph dit le Chevalier, et Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu, qui habitent au Canada. Amédée leur fait part du chagrin que lui a causé le décès de son grand-père paternel qu’il n’a jamais connu. Il ajoute qu’il souhaiterait pouvoir les rejoindre au Canada mais rien ne laisse présager une telle situation. C'est la septième et dernière lettre d'Amédée.

Mots clés

Organisation sociale

Transcription


Page 1
Lettre du 17 mars 1803, page 1

Cliquez pour agrandir

Mes très chers oncles.

Il est vrai de dire que jamais la nature ne perd
ses droits, quoique privé du bonheur de connoître
le pere que nous avons perdu, mon cœur lui a payé
le tribut qu’il lui devoit, mes larmes ont coulées sur
sa perte, et toujours j’aurai les regrets les plus
cuisants de n’avoir pû ainsi que vous, mes chers
oncles, lui prodiguer les soins que lui devoit
ma tendresse filliale. Que je m’estimerois heureux,
si le sort jusquicy impitoyable pour nous, vouloit
un jour me réunir à tout ce qui m’est cher, mais
rien ne nous présage encore ce moment heureux,
nos affaires ne sont point mêmes commencées,
et tout se fait avec la dernière lenteur.


Page 2
Lettre du 17 mars 1803, page 2

Cliquez pour agrandir

Veuillez, mes chers oncles, vous rappeller
quelquefois votre petit neveu, et être assurés que
vous lui êtes bien chers à tous les titres.

Je suis avec le plus profond respect

Mes bien aimés oncles,

Votre très humble et
très obéissant serviteur
et neveu

Amédée de Beaujeu.


P03/A.239, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Retour vers le haut de la page