7 juillet 1802 : Lettre de Joseph-Dominique-Emmanuel à Marie-Louise Liénard de Beaujeu

Résumé de la lettre

Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil écrit de Québec à Marie-Louise Liénard de Beaujeu, la fille de Daniel-Hyacinthe-Marie et la cousine de François-Charles de Beaujeu. Il lui donne quelques nouvelles sur un parent, Georges Lecompte Dupré et lui signifie qu’il ne peut s’occuper de ses affaires en personne, mais qu’il va contacter le notaire Louis Chaboillez à ce sujet. Il lui fait part des ses appréhensions sur le succès de ses démarches et lui signale la perte de certains documents relatifs à ses affaires en Canada.

Mots clés

Réalités économiques, relations familiales

Transcription


Page 1
Lettre du 7 juillet 1802, Joseph-Dominique-Emmanuel à Marie-Louise de Beaujeu, page 1

Cliquez pour agrandir

Madame de Beaujeu Foucault. Quebec 7eme juillet 1802.

Madame,

J’ai reçu l’honneur du duplicata de votre lettre hier, en
date du deux d’avril de Tours, où vous m’adressez
votre procuration pour tirer votre argent, et une lettre
pour feu Mons[ie]r St. George qui ést mort il y a trois
ans, je l’a remettrai entre les mains de son fils ainé
qui ést marié avec une demoiselle Curot l’ainée, il
a deux enfans. Dupré son second frére ést lieutenant
dans mon régiment 1er bataillon R.C.V. qui n’ést point
marié.

Je serois flatté Mad[ame] de pouvoir vous rendre
tous les services possible, je suis si occuppé par le
détail de mon régiment, et les affaires de feu Mons[ieu]r
de Beaujeu mon beau-frére qui ést décédé le cinq
de juin agé de quatre vingt quatre ans et cinq mois,
et dont j’ai pris la veuve avec moi, qui ést en très
mauvaise santé par la fatigue qu’elle a eu. J’ai
l’honneur de vous prévenir que je vais remettre votre
procuration entre les mains de Mons[ieu]r Louis Chaboillez
fils notaire à Montréal qui ést un très habile garçon
dans son métier et rempli de talents, et cést lui qui
fait mes affaires. Je vais lui faire parvenir à Montréal
sous peu. Nous sommes ici en garnison depuis un an,
et nous attendons a tout moment notre décharge. J’ai
appris hier par Mons[ieu]r Dupré que Mons[ieu]r David
Grant qui ést marié à la baronne de Longueuïl, n’a
pas voulut payer la rente de constitut depuis le décès
de leur pére n’êtant point pourvu d’une nouvelle
procuration de vous, cést pourquoi je crains que vous
perdiez quelque chose sur la rente, vû que l’on ne peut
répeter que cinq ans d’arérages.

A l’occasion des papiers de famille, comme brevets,
commissions, et autres papiers dont feue Mad[ame] de Beaujeu
votre mére, avoit remis à ma sœur pour les serrer
avec les siens, ont été brulés dans la voute de
Mons[ieu]r Lanaudiere qui a sauté par la poudre.
Elle ne peut pas me dire quel sorte de papiers elle
lui avoit remis entre les mains; et de me croire
avec respect,

Mad[ame], Votre…

L’adresse de Mad[ame] Foucault
Mad[ame] Foucault, chez M[sonsieu]r Leuziere, rue Verville
Cloître St Gatien, d’épartement d’Indre et Loire à Tours


P03/J.51, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Retour vers le haut de la page