2 avril 1802 : Lettre de Marie-Louise Liénard de Beaujeu à Joseph-Dominique-Emmanuel

Résumé de la lettre

Marie-Louise Liénard de Beaujeu écrit de Tours à Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil au Canada. Elle lui demande de prendre en charge sa procuration pour régler la succession de sa mère, Michelle-Élisabeth Foucault, décédée en 1791. Elle lui demande aussi les papiers de famille concernant son père, Daniel-Hyacinthe-Marie Liénard de Beaujeu.

Mots clés

Transcription


Page 1
Lettre du 2 avril 1802, Lettre de Marie-Louise Liénard de Beaujeu à Joseph-Dominique-Emmanuel, page 1

Cliquez pour agrandir

A Tours departement Yndre et Loire le 2 avrille 1802

Seconde

Persuadé, Monsieur, de tout votre attachement pour moi, et que je ne saurois mieux placer ma confiance
qu’en vous, je me suis décidé a vous faire passer ma procuration en blanc pour retirer les fonds
qu’a du produire la foible succession de ma mere, et les arrérages des rentes echues depuis son
décés, des différends contracts qui en proviennent et de celle de feu M[onsieur] de Charly mon
premier mari qui doivent etre entre les mains de mon beau frere, chargé de
liquider les affaires. Quant au contract de 7000# hypotéqué sur la baronnie de
Longueuil et sés autres biens, j’entans vendre et je prétends etre remboursée en
fond, sans préjudice des arrerages due, sans pertes, ni sacrifice quelconque lorsque
vous aurés entierement terminé, oû la personne que vous en aures chargé. La
procuration étant en blanc, je vous serai obligé de me faire passer les fonds qui
seront rentrés, en une traite, sur Londre, mais de préférence, si cela se peut, sur
France. Vous aves ci joint une lettre pour mon beau frere, je vous prie de la
lui faire remettre a ce sujet.

J’ai aussi, a vous prier trés instament, de ne pas perdre de vue tous
les papiers de famille, corespondance ministérielle, et autres, qui me devienne
trés nésséssaire aujourd’huy pour mon fils, particullierment les brevets et
commission de mon pere et de mon grand pere maternelle. Il est trés urgent
pour moi, de les avoir en ma possession, il deviennent absolument inutille
pour mes neveux, j’insiste donc pour les avoir.

Aprés vous avoir entretenue de mes affaires particulliere, trouvés bon que
je m’entretienne avec vous de tous nos bon parant. Donnes moi des nouvelles
de M[onsieur] et Ma[dame] de Beaujeu, ma tante, et votre soeur, de tous sés enfans.
Si il sont au service, si mes cousines sont bien mariés. Veuilles leurs faire
agréer de la part de mon mari, de mon fils et de la mienne, en particulier
nos homages respectueux. Je ne vous parle pas de Beaujeu et de son
fils, il a prés dun ans que je n’en ai entandu parler ce qui me donne
bien de l’inquietude.

Receves Monsieur, a lavance l’asurance des sentiments de reconnoissance et dattachement
que je vous ai doné et avec les qu'els j’ai l’honneur d’etre votre trés humbles servante.

De Beaujeu Foucault


Page 2
Lettre du 2 avril 1802, Lettre de Marie-Louise Liénard de Beaujeu à Joseph-Dominique-Emmanuel, page 2

Cliquez pour agrandir

Mon adresse est...
A Mad[ame] Foucault, chez M[onsieur] Leuziere, rüe Verville, Cloître St-Gatien, département
d’Yndre et Loire a Tours.


P03/A.117, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Retour vers le haut de la page