1 avril 1798 : Lettre de François-Charles à Joseph-Dominique-Emmanuel

Résumé de la lettre

François-Charles écrit de Londres à son oncle Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil habitant au Canada. Il réfute dans cette lettre les prétentions voulant que l’argent envoyé par son oncle ait servi pour soutenir la maison de son beau-frère avec qui il vit. De plus, il donne une explication sur une mésentente concernant l’envoi de 20 guinées par M. Robertson. Il s’offusque que JDE puisse croire qu’il dépense son argent d’une façon inconsciente et lui raconte qu’il s’est blessé à un doigt. La fin de la lettre manque.

Mots clés

Activités économiques, organisation sociale

Transcription


Page 1
Lettre du 1 avril 1798, page 1

Cliquez pour agrandir

De Londres, ce 1r avril 1798

Mon très cher oncle

Votre lettre de l’année derniere[1], que j’ai reçu par les derniers
vaisseaux, loin de porter ( comme j’avois lieu de l’espérer )
le calme dans mon cœur; n’a fait, je suis trop franc,
pour ne pas vous le dire, qu’accroitre mes tourmens, et me
montrer que le malheureux est seul sur la terre. Non, non,
mon cher oncle, je ne me serois jamais attendu à des
reproches aussi peu mérités que ceux que vous me faites.
J’ignore encore quel est l’homme serviable qui a pû vous
donner des renseignemens sur ma conduite, et ma manière
de vivre en Angleterre[2]. Oui, il est très vrai, que de puis
huit ans, en France, aussi bien que dans notre émigration,
la maison de mon beau frere et la mienne, ont été la
même; mais ce qui est de toute fausseté; c’est de dire
que l’argent que vous avez eu la bonté de m’envoyer depuis
que je suis en Angleterre, ait servi a soutenir ces mêmes
parens. Le mari de Madame de Bongars[3], qui depuis


Page 2
Lettre du 1 avril 1798, page 2

Cliquez pour agrandir

quatre ans n’a pas quitté St Domingue, lui a fait passer
a différentes fois, quelques petites sommes, qui avec
les secours du gouvernement; l’ont mise à même de
n’avoir aucun recours sur mes foibles moyens pécuniers[4].
Voilà l’exacte vérité, mon cher oncle, et qui conque dira le
contraire, je le regarderai comme homme bas, vil, et menteur.
Dailleurs, mon cher oncle, si je vous étois connu, jamais
j’ose le croire, le rapport de ces sortes de gens, n’auroit
influé en aucune manière sur votre esprit, voilà mon vrai
malheur, les miens sont des étrangers pour moi, aîsément
on peut me déservir près d’eux, puisqu’ils ne connoissent de
moi, que mon nom . Je me tais sur ce sujet, pour
passer à un autre de votre lettre, qui ne m’a pas moins
affecté et qui est encore une énigme.

Vous me dites avoir payé a Mr Robertson vingt livres
qu’il me prêta lors de son voyage en Angleterre?
Il est bien vrai que dans ce tems, forcé par la derniere
misere, j’aurois crû ne pas connoitre votre cœur, et interprêter
mal votre façon de penser; que de ne pas oser prier Mr
Robertson de m’avancer sur votre compte une somme
qui quoique modique me donnoit du pain ainsi qu’a


Page 3
Lettre du 1 avril 1798, page 3

Cliquez pour agrandir

mon fils. Mr Roberson dut vous remettre alors une
lettre que j’avois l’honneur de vous écrire à ce sujet[5].
Mais quoique je me flatasse à cette époque que cette
demarche ne pouvoit vous déplaire, je fus quelques jours
après entierement rassuré, en recevant une lettre de vous
dattée de Montréal dans la quelle vous me mandiez
Tu as du voir à Londres Mr Robertson, je l’ai chargé
de te remettre vingt livres. Cette lettre n’etoit pas de votre
écriture, mais signée de votre main. Je fus aussitôt chez
Mr Brickwood et lui fis part de l’etonnement ou j’étois,
que Mr Robertson, chargé par vous de me remettre
cette somme, ne m’en eut pas parlé, et m’eut laissé faire
une démarche, qui quoique très simple entre bons
parens, pouvoit peut être vous indisposer . Daprès cela,
mon cher oncle, je dois être bien étonné du reproche
que vous me faites a ce sujet, vous vouliez me donner
vingt livres, ou vingt guinées, je n’ai reçu que cette
même somme. Mettons que j’aye pêché par la
forme, j’y consens, mais vous n’avez pas deboursé
un sol de plus, ou bien, on vous a trompé.


Page 4
Lettre du 1 avril 1798, page 4

Cliquez pour agrandir

Il paroit encore daprès votre lettre; que je suis un boureau
d’argent et qu’il m’est très indifférent d’épuiser votre bourse?
Vous ne connoissez donc pas l’Angleterre, mon cher oncle,
pour croire qu’il faille être un prodigue, pour dépenser
soixante et dix guinées, que j’ai reçu de vous depuis
quatre ans, moi, mon fils et un domestique qui s’est
emigré avec moi[6]. A l’époque où j’ai reçu votre dernière
lettre, je venois d’eprouver un accident qui seul m’a
couté douze guinées. Un fusil qui creva dans ma main
quelques jours auparavant m’emporta la moitié d’un
doigt et me fit quatre autres blessures très considérables.
J’en suis actuellement parfaitement guéri, mais je n’ai
pas encore l’usage de ma main, cependant j’eprouve
du mieux tous les jours.

Je n’ai pas vu Lord d’Orchester[7], les grandeurs et ma
pauvreté ne vont pas ensemble. Dailleurs les secours du
gouvernement dont vous me parlez, je les ai obtenus depuis
un an, ainsi mon fils et moi; nous avons un revenu de
deux guinées et demie par mois, voila toute ma fortune
Dieu Soit loué. Les affaires de St Domingue[8] ne vont ni
ne viennent, il faut en faire son deuil, le mien est fait, et
si ce n’etoit mon fils, je le ferois aussi de ce monde, où je ne
vois rien qui m’y attache.


P03/A.222, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Notes

  1. François-Charles a reçu une lettre tardive de son oncle, à l'automne de l'année 1797. Voir à cet effet la lettre du 30 octobre 1797 écrite à Montréal par JDE à Robertson sur le point de partir pour Londres dans laquelle il lui demande de remettre une lettre à son neveu.
  2. L’identité de la personne en question demeure hypothétique. Il peut s’agir d’un exilé français, d’un Canadien de passage à Londres, d’un banquier anglais ou de quelqu'un d'autre…
  3. Il s'agit de Louis-Alexandre de Bongars, frère d'Élisabeth, première épouse de François-Charles. Louis-Alexandre était marié avec Louise Bénédicte Bongars de Vaudeleau qui deviendra la deuxième épouse de FC.
  4. Dans sa lettre du 15 avril 1794, François-Charles déclarait recevoir une pension de vingt guinées.
  5. Si François-Charles a écrit une lettre à son oncle et qu'il a remis celle-ci à Robertson pour qu'il la lui donne, elle ne se trouve pas dans le fonds De Beaujeu. Il est possible que ce même Robertson n'ait pas remis la lettre à JDE. De plus, François-Charles mentionne avoir demandé de l'argent à Robertson qui ne lui a pas parlé de la lettre qu'il a pourtant amenée avec lui du Canada afin de la faire parvenir à François-Charles. C'est curieux parce que François-Charles dit qu'il a reçu cette lettre quelques jours après sa rencontre avec Robertson. François-Charles se défend d'avoir reçu deux fois le montant d'argent en question et nous croyons que c'est Robertson qui l'a gardé.
  6. Le salaire annuel d’un domestique français était alors de 500 livres.
  7. Il s’agit de Guy Carleton, premier baron Dorchester (1724-1808). Il participa à la prise de Québec sous les ordres du général James Wolfe. Il fut à deux reprises gouverneur de la province de Québec avant de retourner vivre dans son pays natal.
  8. Le 31 août 1798, les Britanniques abandonneront St-Domingue.
Retour vers le haut de la page