7 octobre 1791 : Lettre de Joseph-Dominique-Emmanuel à Pointard

Résumé du document

Dans cette lettre rédigée à Montréal, Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne écrit à son procureur, Claude-Charles Pointard, à Paris. Il discute affaires et lui demande de convertir son argenterie en tissu et linge afin de faciliter l'envoi au Canada par une de ses connaissances. Les communications entre l'Europe et le Canada sont difficiles en ces temps incertains.

Mots clés

Activités économiques

Transcription


Page 1
Lettre du 7 octobre 1791, Joseph-Dominique-Emmanuel à Pointard

Cliquez pour agrandir

Montreal le 7 octobre 1791 ( répondu le 24 février 1792)

Monsieur

J’ai ete plus heureux cette année care j’ai reçu
vos deux lettres que vous mavez fait l’honneur de mecrire
du 24 fevrier par lesquelles vous mannoncé de tiré sur vous
la somme de quatre mille cent soisante & douze livre cinq sols
ce que jai fait, le vingt deux juillet, a lordre de monsieur
François Rolland, a un mois de vüe.

Je vous envois mes certificats de vie, et votre décharge.
Si vous y trouvé quelque chose qui ne soit pas de votre goux
je vous prie de me le marqué, en tout cas je les copie
sur un [dosse] que vous espérer envoyer.

Votre lettre Monsieur du 24 fevrier 90 ne mes pas
encore parvenue; on pourroit espérer Mr Perinaut
pour le printems prochain, ce seroit une bonne occassion
si il vouloit se chargé de ce que vous avez à menvoyer;
Ce présent je fait reflection sur la dificulté qu’il pourroit
faire de me porter cette argenterie, sur les risques qu’ils


Page 2
Lettre du 7 octobre 1791, Joseph-Dominique-Emmanuel à Pointard

Cliquez pour agrandir

auroit a courire. Comme je suis sure qu’il ni en auroit
aucun si cetoit du linge, je vous priroit de convertire
ce que vous avez dargenterie, pour menvoyer dix grands
dras de dessus de toile bien large & belle, le reste en
serviette & nape ouvrée de douze couver; vous aurez la bonté
de les faire passer à leaux affin qu’il ne paye aucun droit
me flattant que Mr Perinaut ne me refusera pas ce service
dautant que sa passera comme ci s’étoit de son ménage.
Si suposé il vous manquoit quelque argent pour completer
ce que vous auriez acheté, vous pouvez le prendre sur mes
réserves; mais auparavant de faire vos achats, informé
vous de Mr Perinaut s’il voudroit sen chargé, & dans
le cas qu’il ne vins pas il pouroit peutêtre connoitre quel-
qu’un de sure qui pouroit faire parvenire le toutes a
Londre a la maison de Mrs Rashleigh & compagnies, qui
son ceux acqui jadresse mes lettres pour vous.

Je vois Monsieur que vous navez pas finie avec Mr
Quatremere. Je me flatte quavec les esperences que vous
men donné que vous mannoncerez le printems qui vien
que vous avez totalement finie avec madame de Surimeaux.
de plus je vous prie de men donner des nouvelles care de-


Page 3
Lettre du 7 octobre 1791, Joseph-Dominique-Emmanuel à Pointard

Cliquez pour agrandir

puis quelquanné, elle necri point a Mad de Longueuîl sa sœur
qui en nait inquiet, & qui me charge de vous dire beaucoup
de chose de sa pare.

Je pense que vous aurez eu des nouvelles de Mr
de Beaujeu & que vous men donnerez par vos premiere
lettre. Je vous souhaite une bonne santé, et suis a-
vec toute l’estime possible

Monsieur

Votre tres humble & tres
obeissant serviteur

Le Moyne de Longueuîl


26 AP, Fonds Pointard, Archives nationales de France

Retour vers le haut de la page