4 novembre 1788 : Bornage de la pointe des Cascades

Résumé de la lettre

Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil, seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil, ainsi que Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, seigneur de Vaudreuil, requièrent les services de l’arpenteur Joseph Papineau afin de tracer la ligne qui divise les seigneuries de Soulanges et de Vaudreuil à la pointe des Cascasdes. Dans ce document, l’on apprend que la pointe des Cascades est aussi désignée pointe aux Tourtes et que pour éviter toute ambiguïté, cette pointe sera désormais appelée pointe des Cascades. Ce faisant, l’arpenteur trace la forme de la pointe des Cascades que l’on peut voir sur le plan.

Mots clés

Occupation du sol, réalités politiques

Transcription


Page 1
4 novembre 1788, Bornage de la pointe des Cascades

Cliquez pour agrandir

L’an mil sept cent quatre vingt huit, le trente, trente unieme jour
d’octobre & le troisieme jour du mois de novembre, je soussigné deputé arpenteur
juré, résidant à Montréal, certifie qu’a la requête de l’honorable Jh Dominique
Emmanuel Lemoine de Longueüil seigneur de Soulanges, Nouvelle Longueüil,
Pointe à l’Orignac et autres lieux, membre du Conseil legislatif de la
province & & &, et de messire Michel Eustache Gaspard Alain Chartier de
Lotbiniere fils, chevalier seigneur de Lotbiniere, Vaudreuil, Rigaud, Cavagnal
et autres lieux & & &, je me suis exprés transporté à la pointe vulgai-
rement dittes des Cascades qui separe la riviere des Lacs ou de Katarakoüi
d’avec la riviere des Outaouais, ou Grande riviere, aux fins de fixer
le point d’ou doit commencer la ligne qui separera en deux superficies


Page 2
4 novembre 1788, Bornage de la pointe des Cascades

Cliquez pour agrandir

egales la langue de terre comprises entre les dittes deux rivieres et
conformément & au desir des titres respectifs des dittes parties.

Ou etant vû le titre de concession, accordé le 23 octobre
mil sept cent deux par Hector chevalier de Calliere, chevalier de l’ordre
militaire de St Louis gouverneur & lieutenant general pour le Roy
en toute la Nouvelle France & sieur Fr de Beauharnois chevalier seigneur
de la Chaussée Beaumont & autres lieux, conseillé du Roy en ses conseils,
intendant de justice, police & finances au dit paÿs à Sr Pietrre Jacques
de Joybert chevalier seigneur de Soulanges & autres lieux & de la
terre & seigneurie de Soulanges vulgairement nommés les cedres ensemble
le brevet de ratification de la ditte concession donné à Paris le cinq
may mil sept cent seize enregistré au greffe du conseil superieur
de Quebec le sept d’octobre mil sept cent seize et au bureau des
enregistremens à Quebec le trente mars mil sept cent soixante
six, lesquels titres m’ont été représenté par l’honorable de Longueüil.

Vû pareillement le titre de concession accordé par les dits Hector chevalier
de Calliere & François de Beauharnois, le vingt trois octobre mil sept cent
deux à messire Philippe de Rigaud chevalier de Vaudreuil &c de la terre
& seigneurie de Vaudreüil vulgairement nommé Quinchien, ensemble & le
brevet de ratification de la ditte concession donné à Paris le cinq may
mil sept cent seize enregistré au conseil superieur de Quebec le sept decembre
mil sept cent seize & au bureau des enregistremens à Quebec le vingt
quatre fevrier mil sept cent soixante & quinze & à l’office des Lords
du commerce & plantations à Whitehall le onze aoust mil sept cent
soixante & quatre. Item l’aveu & denombrement fourni au papier terrier
du domaine de Sa Majesté en la Nouvelle France par messire
Philippe de Rigaud marquis de Vaudreüil le deux mars mil sept
cent vingt cinq & copie collationné & expédiée par George Pownall
de l’aveu & denombrement fourni par Dme Marie Anne Becard de Grandville
veuve de feu Pierre Jacques de Joybert ecuyer seigneur de Soulange
le quatre mars mil sept cent vingt cinq & l’acte de foi & hommages
rendu par le dit sieur de Lotbiniere fils à Sa Majesté britannique
au chateau St Louis à Quebec le vingt trois fevrier mil sept cent
quatre vingt un, lesquels titres m’ont été représenté par mon dit
sieur de Lotbiniere fils.


Page 3
4 novembre 1788, Bornage de la pointe des Cascades

Cliquez pour agrandir

Par devant le notaire royal de la province de Québec residant
à Montréal soussigné & temoins enfin nommés furent presents
l’honorable Joseph Dominique Emmanuel Lemoine de Longueuil,
seigneur de Soulange, Nouvelle Longueuil, Pointe à l’orignac, & autres
lieux, membre du conseil legislatif de cette province &c &c, comparant
en cette partie comme seigneur & proprietaire du fief & seigneurie de
Soulanges scitués au nord de la riviere Katarakoui ou des Lacs,
et mjessire Michel Eustache Gaspard Allain Chartier de Lotbiniere
fils chevalier seigneur de Lotbiniere, Vaudreuil, Rigaud, Cavagnal &
autres lieux & comparant en cette partie comme seigneur & proprietaire
de la terre & seigneurie de Vaudreuil scitué au sud de la Grande
Riviere ou riviere des Outaouais, lesquels ont dit & declaré qu’ils
reconnaissent confessent & avouent chacun en droit soit que la pointe
nommé pointe des Cascades dans le titre de concession faite au
sieur Pierre Jacques de Joybert chevalier seigneur de Soulanges
le vingt trois octobre mil sept cent deux est la même pointe
que celle nommée pointe aux Tourtres dans le titre de concession
accordé le meme jour a messire Philippes de Rigaud, chevalier
de Vaudreuil &c, que cette pointe a anciennement designée indiffe-
rement sous les noms de pointe aux Tourtres ou pointe des Cascades
lequel dernier dernier nom a prevalu & qu’elle retient aujourd’huy
fesant la présente declaration pour prevenir & eviter tous doutes ou
contestations qui pourraient naitre à l’avenir dans l’interprétation
des titres respectifs des dittes seigneuries enoncés au procès verbal
de M[aît]re Louis Guy arpenteur juré en datte du 3e 9bre 1788
ci devant ecrit, en consequence les dittes parties declarent qu’elles
reconnaissent que la ditte pointe des Cascades ou pointe aux Tourtres
est celle qui forme la separation de la riviere Katarakoiu ou des
Lacs d’avec la Grande Riviere ou riviere des Outaouais laquelle pointe
est plus amplement desigée au plan & procès verbal de M[aît]re
Louis Guy ci devant ecrit & ou il à planté la borne mentionnée


Page 4
4 novembre 1788, Bornage de la pointe des Cascades

Cliquez pour agrandir

Enfin en presence des dittes parties & de leur commun accord j’ai
relevé exactement la figure de la susditte pointe des Cascades
anciennement aussi nommé pointe aux Tourtres, ainsi que le tout
est representé sur la plan ci annexé & considerant que les dittes
parties doivent partager par egale portion la langue de terre comprise
entre la susditte riviere Katarakoui ou des Lacs & la Grande Riviere
ou des Outaouais, que le point d’ou doit commencer la ditte division doit
etre pris au milieu de la pointe
<des Cascades anciennement nommée pointe>
aux Tourtres & enfin que la ditte pointe
n’a que huit arpens de large en sa moindre largeur au lieu d’une
demie lieue ennoncée dans les premiers titres de concession des dittes seigneuries.
Aux fins de fixer le point d’où doit commencer la ligne de division entre
les seigneuries respectives des dittes parties, jai etablie une ligne partant
de l’angle du Nord Nord-Est du moulin à eau appartenant à l’honorable
de Longueuil construit sur la ditte pointe, courrante au nord quinze degrés
quinze minutes Est de la boussole, & sur la ditte ligne, jai mesuré
depuis le dit angle du dit moulin quatre arpens de dix perches chacun,
la perche de dix huit pieds mesure de Paris & au bout de la ditte
mesure, jai repris un autre ligne allant du côté de l’Ouest
& fesant l’angle au Sud avec la ligne précédente de quatre vingts
trois degrés mesuré sur le Rhumb de vent du graphomettre ainsi qu’il
est representé sur le plan ci-joint & sur la ditte ligne jai mesuré
un arpent au bout du quel jai fixé une borne de pierre longue ayant
trois pieds en terre & environ dix huit pousses hors de terre avec des
morceaux de grés fayancés dessous pour temoins & à côté un gros
piquet de chesne equarri le tout en presence des parties qui ont
signé le present procès verbal avec moi arpenteur soussigné le
3e 9bre 1788 à Vaudreuil pour servir & valoir ce que de raison

(Signé) Louis Guy d. arpenteur, Chartier de Lotbiniere fils, de Longueuil, L. Soupras
Deanult ptre et du notaire soussigné. Un mot rayé nul.

Jh Papineault


Page 5
4 novembre 1788, Bornage de la pointe des Cascades

Cliquez pour agrandir

en son dit procès verbal, d’où les dittes parties veulent consentent
& accordent pour eux leurs hoirs & ayant cause à l’avenir que soit
pris & commencé la ligne qui doit partager en deux en superficies egales
à la distance de quatre lieux la langue de terre comprise
entre les dittes deux rivieres soit en une seule ou plusieurs
lignes sur un même ou différent Rhumb de vent ainsi qu’il
apparaitra plus convenable après relevée complette du front
des dites seigneuries dont et du tout acte requis & octroyé
à Vaudreuil au manoir de mon dit sieur de Lotbiniere fils
l’an mil sept cent quatre vingt huit le quatrieme jour de
novembre avant midi en presence de messire Denaut <prêtre> curé
desservant la paroisse St Joseph de Soulange & de Louis Joseph
Soupra résidant au dit lieu de Vaudreuil qui avec les dittes
parties & notaire ont signé. Lecture faite ainsi qu’il est en
la minute des presentes demeurée au notaire soussigné.

Jh Papineault


P03/I.067, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Retour vers le haut de la page