2 décembre 1782 : Lettre de François-Charles à Joseph-Dominique-Emmanuel

Résumé de la lettre

Cette première lettre rédigée à Paris par François-Charles de Beaujeu, est envoyée à son oncle maternel Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil, seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil, qui habite au Canada. François-Charles lui annonce qu’il a rencontré Doutreleau, son chargé d’affaires en France, lequel lui a avancé de l’argent et donné la montre de Paul-Joseph Le Moyne de Longueuil, son grand-père. François-Charles vient de faire trois campagnes militaires et a été présenté au roi Louis XVI par le ministre M. de Vergennes. La lettre se termine par une note de son cousin Louis Le Gardeur de Repentigny qui est en France.

Mots clés

Activités militaires, activités économiques

Transcription


Page 1
Lettre du 2 décembre 1782, page 1

Cliquez pour agrandir

Paris 2 xbre 1782

Mon très cher oncle

Madame de Germain[1] m’a rassuré sur votre façon de penser a
mon égard, je vous avoüe, que j’ai crains jusqu'a ce moment cy, que vous
n’eussiez totalement oublié un neveu, pour lequel cependant vous aviez
eu des bontés infinies. Si je vous eusse moins connû, votre silence
m’eut été bien moins mal; mais, après la tendre amitié que j’avois,
et que mon cœur a toujours conservé pour vous, il devoit être une
de mes peines la plus cuisante.

Je suis au comble de ma joie qu’une campagne que je viens de
faire[2] ; m’ait procuré la douce satisfaction d’apprendre de vos
nouvelles; Mr Dutreaulot[3] m’a dit, que vous vouliez bien m’accorder
votre amitié; Si votre neveu, mon cher oncle, est assez heureux, pour
jouir d’un aussi grand bonheur, non, il n’a plus rien a desirer.
J’ai été choisi a la suite de l’expédition, dont je viens de vous
parler ( Dans laquelle j’etois aide major général ) pour être
porteur au Ministre des dépêches rélatives a la réussite
de notre expédition. Mr de Castries Ministre de la marine[4],
m’a reçû avec toute la bonté possible, et m’a présenté au Roy[5]
le soir même de mon arrivée. Mr de Vergennes Ministre des


Page 2
Lettre du 2 décembre 1782, page 2

Cliquez pour agrandir

affaires étrangères[6] ( dont le fils épousé une de mes cousines
germaines Mademoiselle de Sédières )[7] me présentat aussi a sa
majesté comme son parent. Toutes mes protections prénnent
le plus vif interêt a mon sort, j’ose espérer que tout cecy, me
mettra a même de me montrer, et de me faire connoitre.

J’ai fait trois campagnes dans lesquelles je puis dire,
avoir mérité des nottes avantageuses de mes chefs[2]; aussi
Mr de Castries me dit-il lorsque je lui fus présenté.
On ma dit infiniment de bien de vous, vous pouvez être
tranquile, je ne vous oublierez certainement pas.

J’ai eu l’honneur ( comme je vous l’ai dit cy dessus ) de voir
, qui m’a reçû, avec toute l’amitié qu’il a
pour vous. La bonté avec laquelle il m’a parlé; m’a engagé
a lui faire part, de ma situation, et lui avouer que je me
trouvois dans le plus prêssant besoin. Il a bien voulû y
compâtir, et me faire une avance de douze louis[8] malgré qu’il
n’ait point d’ordre de votre part. Les preuves généreuses
d’amitié, que vous donnez a mes frères[9], et celles que j’ai reçû
de vous, me sont de surs garants, que vous ne désaprouverez
pas ce que Mr Dutreauleau vient de faire pour moi.
( Il m’a donné aussi la montre de mon grand pere.)[10]


Page 3
Lettre du 2 décembre 1782, page 3

Cliquez pour agrandir

Permettez que je vous en fasse mes sinceres remerciemens,
et vous assure de la vive reconnoissance que je vous ai, et vous
aurai toute ma vie, de vos bienfaits pour nous.

Je désirerois de toute mon ame, voir ma très chere tante[11] que
j’aime et respecte on ne peut d’avantage. Serois-je vous prier
de lui présenter mes hommages très respectueux, et de
l’engager a me permettre de lui écrire a la première occasion.

Daignez le plus aimé des oncles me donner
de vos nouvelles, rien au monde je vous assure ne me sera
plus flatteur; j’attends cette grace avec la plus vive
impatience, et vous supplie de croire au tendre, et
respectueux attachement avec lequel je suis

Mon très cher oncle

Votre très humble et très
obéissant soumis neveu

Le Cte[12] de Beaujeu

P.S.
Mon cousin Repentigny le pere[13] me
charge de vous dire mille choses
agréables. Son fils[14] vient de faire a la
Guadeloupe, un mariage immensément riche,
son épouse[15] est charmante et pétrie de talent.

Je suis mon cher Longeuïl on ne peut plus content de votre
neveu. Le voila en bonne position pour aller mais les
moiens luy manquent pour se remuer. Les appointements
sont modique. J’attends icy le poste de marechal de camp[16]
pour retourner a l’Amerique. Je suis revenu en France


Page 4
Lettre du 2 décembre 1782, page 4

Cliquez pour agrandir

pour raison de santé. Nous touchons a la paix
respects et hommages pour Mme la Bne de Longeuïl[17] amitié
tendre pour son fils et sa chere moitié[18].


P03/A.207, Fonds De Beaujeu, Centre d'histoire La Presqu'île

Notes

  1. Il s’agit d'Agnès-Joseph, fille du deuxième baron de Longueuil, Charles Le Moyne, et de Catherine-Charlotte Le Gouès de Grais, mariée à François-Joseph de Germain, capitaine du régiment d’infanterie de la Reine et Gouverneur de Port-Louis en France. Madame de Germain est la nièce de Paul-Joseph Le Moyne de Longueuil, le grand-père de François-Charles de Beaujeu. Pour plus de détails, voir sa biographie
  2. François-Charles revient de l'expédition de la baie d'Hudson, commandée par Jean-François de Galaup de Lapérouse, dont l’objectif était de détruire par surprise les forts anglais Prince de Galles et York. Il s’agit de l’une des trois campagnes dont il est fait mention plus bas dans la présente lettre. Sur Lapérouse, voir le dictionnaire biographique du Canada.

    Selon Gilbert Bodinier, Dictionnaire des officiers de l’armée royale qui ont combattu aux États-Unis pendant la guerre d’indépendance 1776-1783, 2004, p. 317-18, François-Charles était sous-lieutenant au Cap en 1775; capitaine des corps des chasseurs volontaires de St-Domingue le 12 juillet 1779, il a participé au siège de Savannah à l’automne de 1779 avec ce régiment; il était lieutenant au régiment du Cap le 31 mars 1780. La seule campagne de FC pour laquelle nous avons des sources sûres, est celle accomplie sous le commandement de Lapérouse à la baie d’Hudson, de mai à octobre 1782. Nous ignorons s’il a participé à la bataille de Yorktown en septembre et octobre 1781; entre 1778 et 1782, il a probablement participé à d’autres campagnes militaires.

    François Daniel, peu fiable, indique dans son Histoire des grandes familles françaises du Canada, 1867, p. 329, que François-Charles a participé sous les ordres de Lapérouse à la prise de la frégate anglaise Ariel. Mais comme la frégate Ariel est capturée le 10 septembre 1779 par Lapérouse qui commandait l’Amazone, il est plus probable que FC devait être, à titre de capitaine, sur le point de débarquer à Savannah à la tête des chasseurs volontaires de St-Domingue. Les preuves documentaires manquent donc pour affirmer que FC était sur l’Amazone de Lapérouse lors de la prise de l’Ariel.

    Le vicomte de Léry, Rapport de l’archiviste de la province de Québec pour 1933-1934, p. 32, écrit à sa mère le 27 mars 1783 en réponse à une lettre du 25 juillet 1782 : Beaujeu est placé à St-Domingue dans le régiment du Cap, Mr de Bellecombe [gouverneur de St-Domingue] l’aime beaucoup, c’est par ce moyen et à la recommandation de Mr de Vergennes, ministre des affaires étrangères, qu’il a été nommé major général de l’expédition qui a eu lieu dans la Baie d’Hudson ; il étoit à Paris au mois d’octobre dernier et devoit bientôt se rendre à St-Domingue ; je sçai qu’il est fort dérangé et que Repentigni lui a été deux fois d’un grand secours. Nous sommes donc mieux renseignés sur la campagne de la baie d’Hudson.

    Diverses sources nous apprennent que François-Charles s’était embarqué comme lieutenant et aide-major sur l’Astrée commandée par Paul Antoine Fleuriot de Langle. Étaient aussi de l’expédition André Charles de la Jaille sur l’Engageante et Lapérouse, qui commandait le Sceptre. Sur cette expédition à la baie d’Hudson, on consultera avec profit le récit de Pierre-Bruno-Jean de La Monneraye, paru dans le Bulletin de la société de géographie, 1888, p. 268-283 et la Revue du Dauphiné et du Vivarais, Tome 3, 1879, p. 507-524. Aucune de ces deux sources ne mentionne que FC ait agi comme ingénieur ou comme topographe à cette occasion. Signalons cependant que La Monneraye parle d’un jeune officier au régiment du Cap, et qu’il lui aurait demandé au cours du voyage au sujet des femmes de la région qui étaient tatouées et sentaient l’huile de baleine : Eh bien ! Que dites-vous de cette moitié de l’espèce sauvage ? – Qu’elles feraient fuir le diable, répondit-il. On apprend aussi qu’à la fin de l’expédition, Fleuriot de Langle partit vers Brest pour ensuite aller annoncer la prise des forts au ministre.

    Dans l’article de la Revue du Dauphiné et du Vivarais, le major Rostaing du régiment d’Armagnac, signale la présence de François-Charles à titre de lieutenant remplissant des fonctions d’aide-major avec un dénommé Lavalette. Il mentionne de plus que de Beaujeu fut envoyé pour négocier les articles de la capitulation avec Samuel Hearne, le gouverneur du fort Prince de Galles. Dans son rapport au ministre de Castries, Rostaing recommande des bontés en faveur de Beaujeu, chargé de mes dépêches, qui a servi pendant le cours de cette campagne avec distinction.

  3. Doutreleau est le procureur français de Joseph-Dominique-Emmanuel de Longueuil, l’oncle de François-Charles. Il gère ses intérêts en France.
  4. Charles Eugène Gabriel de La Croix de Castries (1727-1801) devient ministre de la marine le 13 octobre 1780 sur la recommandation de son ami Jacques Necker. Il reste en poste jusqu'au 24 août 1787. En 1783, il est élevé à la dignité de maréchal de France.
  5. Il s’agit du roi Louis XVI, né le 23 août 1754 à Versailles, et qui sera guillotiné le 21 janvier 1793 après avoir été jugé pour trahison.
  6. Charles Gravier, comte de Vergennes (1719-1787). En 1774, à l'accession de Louis XVI au trône de France, il est nommé Secrétaire d’État des affaires étrangères. Il restera en poste jusqu’à sa mort, le 13 février 1787. Selon l’historien Albert Sorel, il fut l'un des plus sages ministres que la France eût rencontré.
  7. Louise Jeanne Marie Catherine de Lantillac de Sédières a épousé Constantin Gravier de Vergennes, fils aîné de Charles Gravier, comte de Vergennes. Elle est la fille de Louis Marie Anne de Lantillac, chevalier comte de Sédières, brigadier des armées du roi, commandant en second la partie du sud de l'île de St-Domingue, et de dame Catherine de Jucherau de St-Denis, elle-même fille de Thérèse Migeon (grand-mère de François-Charles) et de son premier mari, Charles Juchereau de Beaumarchais.
  8. Avant la Révolution Française de 1789, un louis d’or équivalait à 24 livres tournois. Douze louis valaient donc 288 livres. Pour plus de détails, voir la page sur la monnaie
  9. Les frères vivants de François-Charles sont Jacques-Philippe Saveuse et Louis-Joseph dit le Chevalier.
  10. Le grand-père de François-Charles, Paul-Joseph, est décédé en France le 12 mai 1778. Pour plus de détails, voir sa biographie
  11. Il s'agit de Louise Prud’homme, épouse de Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil. Pour plus de détails, voir sa biographie
  12. Tous ceux qui portaient le titre de comte en France, n'avaient pas pour cela un domaine érigé en comté. Le roi accordait ce titre par des lettres patentes seulement et de sa pleine volonté. Elles devaient être registrées dans les cours supérieures et n'étaient transférables qu'au fils aîné. Quant à François-Charles, ce titre lui fut accordé tacitement par Louis XVI lorsqu'il lui fut présenté et n'est pas héréditaire. À ce sujet, lire la lettre du 22 février 1815 et du 7 juin 1835.
  13. François-Charles annonce en postscriptum le mot qui suit la dernière partie de sa lettre et qui est rédigé de la main de son cousin Louis Le Gardeur de Repentigny, fils de Jean-Baptiste et de Marie-Catherine Juchereau, demi-soeur du père de François-Charles.
  14. Louis-Gaspard Le Gardeur de Repentigny est né à Québec le 10 juillet 1753 du mariage de Louis Le Gardeur de Repentigny et de Marie-Madeleine Chaussegros de Léry.
  15. Il s’agit de Madeleine Pauline Marguerite Le Prévost Duquesnel, fille d'Antoine et de Marie-Madeleine Gabrielle Rose Giraud du Poyet. Elle épousa Louis-Gaspard Legardeur de Repentigny le 11 décembre 1780. Elle apportait une dot de treize à quatorze cent mille livres. Le mariage eut lieu à Capesterre de Guadeloupe.
  16. Finalement, Repentigny fut nommé gouverneur du Sénégal en 1783, et chargé de reprendre possession de cette colonie, rendue à la France par le traité de Versailles, avec comme principale tâche la protection du commerce de la gomme. Des difficultés survenues avec des négociants amenèrent son rappel dès octobre 1785. Malade, il quitta l’île de Gorée le 24 avril 1786 sur la Bayonnaise et ne regagna la France que pour y mourir.
  17. Il s’agit de Louise Prud’homme, épouse de Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil.
  18. Il s’agit de Pierre-Amable de Bonne, né du premier mariage de Louise Prud’homme avec Louis de Bonne, et de son épouse, Marie-Louise Chartier de Lotbinière, fille de Michel et de Louise-Madeleine Chaussegros de Léry. Pour plus de détails, voir la biographie de Louise Prud’homme
Retour vers le haut de la page