Éphémérides concernant l'histoire de Vaudreuil-Soulanges

Appel à tous

Vous connaissez un évènement intéressant, une nouvelle ou tout autre histoire concernant le patrimoine de Vaudreuil-Soulanges ? Nous en faire part à l'aide de ce formulaire. Merci de votre collaboration.

Éphémérides du mois de novembre

1 novembre

1951: Robert-Lionel Séguin et Yves Quesnel de Rigaud fondent un centre de généalogie. La nouvelle société sera connue sous la raison sociale de Société Généalogique Séguin-Quesnel (Les Généalogies de la Presqu’île). Le centre est une entreprise purement régionale qui recueillait également des archives privées qui par le suite constituèrent le Fonds Yves Quesnel désormais conservé au Centre d'histoire La Presqu'île.

2 novembre

1897: Deux après la construction de l’église de Coteau-Station, monseigneur Joseph-Médard Émard du diocèse de Valleyfield accorde à la fabrique de la paroisse Saint-Médard un permis pour ouvrir un cimetière sur un terrain appartenant à Alphonse Asselin pour la somme de 200 $.

1926: Depuis 1923, Le conseil municipal de Coteau-du-Lac entreprend des démarches pour la construction d’une gare et une voie d’évitement à la rivière Rouge. Le 2 novembre 1926, le vœu des Coteaulacois est exaucé. La gare River Rouge du Grand Tronc fut nommée par la suite Wilsonvale en l’honneur de Lawrence Alexander Wilson, député de Soulanges à la Chambre des communes du Canada.

3 novembre

1802: Mariage à Vaudreuil de Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu, fils de Louis Liénard de Beaujeu et Marie-Geneviève Le Moyne de Longueuil, et de Catherine Chaussegros de Léry, fille de Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry, ingénieur du roi en Nouvelle-France, et Louise Martel de Brouague. Outre les époux, ont signé le registre de la paroisse Saint-Michel de Vaudreuil, le notaire Jean-Baptiste-Hilaire Deguire, Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, Louis-Joseph de Beaujeu et Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil. En janvier 1807, Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu deviendra seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil, suite au décès sans postérité mâle de son oncle Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil.

4 novembre

1788: Devant le notaire et arpenteur Joseph Papineau, les seigneurs de Soulanges et de Vaudreuil, Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil et Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière s’entendent pour fixer les limites de leur seigneurie respective et pour déterminer une fois pour toutes le nom de la pointe de terre située aux confluents de la rivière Outaouais et du fleuve Saint-Laurent. Dans l’acte de concession de la seigneurie de Soulanges en 1702, cette pointe était appelée pointe aux Tourtes. Par la suite, elle fut aussi connue sous le nom de pointe des Cascades. Afin d’éviter toute confusion avec l’île aux Tourtes située plus au nord dans la rivière Outaouais dans la seigneurie de Vaudreuil, les deux seigneurs confirment désormais devant notaire que le nom officiel de la pointe sera : Pointe des Cascades.

5 novembre

1762: Jean Bézanaire dit Prêt-à-Boire, l'ancêtre des familles Besner en Canada, reçoit en concession une terre dans la seigneurie de Vaudreuil, le lot no 11 de l’Anse de Vaudreuil. Selon l'acte passé devant le notaire François Simonnet, André Grasset de St-Sauveur agissait comme procureur pour le marquis de Vaudreuil, retourné en France en 1760. En 1765, Jean Bézanaire, est désigné comme cultivateur de Quinchien, dans un acte de baptême d'un de ses enfants, consigné aux registres de Les Cèdres. Par cette désignation de Quinchien, on désignait alors tout le territoire allant de la pointe des Cascades jusqu’à la rivière Quinchien dont l’embouchure était située sur un domaine du seigneur, aujourd’hui tout près de l’église Saint-Michel de Vaudreuil-Dorion.

1838: Des troupes de montagnards écossais (Highlanders) envahissent la seigneurie de Nouvelle-Longueuil. Partis du canton de Glengarry au Haut-Canada, ils passent dans la Bas-Canada et bivouaquent sur la pointe au Beaudet. Ils ont pour mission d'assurer le lien entre le Haut et le Bas-Canada, car les Britanniques craignent d'être isolés par les Patriotes. Les troupes de Glengarry ont également pour mission de mâter les insurgés. Lors de leur passage dans la seigneurie de Nouvelle-Longueuil, ils s'adonnent au pillage, à l'incendie des habitations et à des mesures répressives contre les habitants.

1926: Un éboulis se produit dans la municipalité de Rigaud à l'arrière du magasin général, propriété à cette époque-là d’Alphonse Pariseau. Heureusement, l'éboulis ne causa aucun dommage sérieux.

1951: Création du Foyer du Christ-Roi de Rigaud. C’est grâce au courage et au dévouement d’Évariste Quesnel de ses confrères chevaliers de Colomb ainsi que de Lucien Brodeur et son épouse que ce centre d’accueil pour personnes âgées voit le jour dans la demeure d’Albani Quesnel. Le premier pensionnaire est Herménie Rochon, époux d’Herméline Séguin.

6 novembre

1890: Afin de se débarrasser d’une pierre qui nuisait à l’exploitation agricole sur la terre d’Antoine-Guillaume Charlebois située près de la croix du chemin de la rue St-Jean-Baptiste, on pensa à utiliser de la dynamite. Jean-Baptiste Boucher, journalier à l'emploi de Charlebois, et le fils de ce dernier prénommé également Jean-Baptiste, s'apprêtent au dynamitage de ladite pierre lorsque survient une horrible tragédie. Une explosion prématurée blesse gravement les deux hommes. Tous les deux perdent la vue et Boucher a de surcroît les deux mains arrachées.

7 novembre

1808: Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, seigneur de Vaudreuil et de Rigaud, écrit à son cousin Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu, seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil, au sujet du bornage litigieux d’un terrain près d’un terrain de la Couronne. Lotbinière écrit que souvent le Roy est un voisin dangereux quand il s’agit de négocier. À la fin de la lettre, Lotbinière espère que le règne de Napoléon Bonaparte est à sa fin. Il devra encore patienter.

1831: Monseigneur Bernard-Claude Panet, évêque de Québec, adresse une lettre au curé Paul-Loup Archambault de Vaudreuil pour lui souligner l’importance d’un acte du parlement sur le secours que cet acte peut apporter à certaines congrégations religieuses. L’acte permettait en effet à un conseil de fabrique d’acquérir des terrains pour établir des églises, des chapelles, des congrégations, des cimetières, des presbytères et des maisons d’écoles.

8 novembre

1942: Un incendie détruit l’église de Saint-Lazare. Le feu éclate vers 13 h 30 sans doute causé par une combustion spontanée du charbon. On sauve le presbytère après avoir évacué le curé Jean-Baptiste Leduc. Il faudra attendre après la Deuxième Guerre mondiale, soit jusqu’en 1948, pour la construction d’une nouvelle église.

1875: Le chanoine Hippolyte Moreau donne son accord pour la construction de la première église de St-Lazare. Le terrain de 12 arpents de superficie a été offert gratuitement par Jean-Baptiste Poudrette dit Lavigne.

9 novembre

1838: François-Xavier Prieur, patriote de Saint-Polycarpe, avait été condamné à être pendu le 24 janvier 1839, mais après dix mois de prison, sa sentence était commuée en exil à vie en Australie. Il fut libéré en février 1846 et revint au pays en septembre de la même année. Le 9 novembre 1838, peu avant son arrestation, Prieur commandait une partie des troupes de 200 patriotes rassemblés lors de la bataille du camp Baker à Châteauguay. Après l'échec de cette bataille, il se réfugia à Saint-Timothée où il fut arrêté grâce à un subterfuge du major Dennys, qui en dépit de la parole donnée, le fait arrêter par ses soldats. Le prévenu fut conduit à la prison de la pointe à Callières à Montréal dans un fourgon cellulaire qui s'appelait La Maria.

10 novembre

1891: Par devant le notaire Antoine Phaneuf, Antoine-Guillaume Charlebois de Rigaud fait don d'un lopin de terre à son ancien employé Jean-Baptiste Boucher. Ce terrain de 24 pieds de front sur 90 pieds de profondeur fut octroyé à Boucher en réparation pour l’accident malheureux survenu le 6 novembre 1890 lors du dynamitage d'une pierre qui nuisait aux opérations agricoles, dynamitage au cours duquel Boucher avait perdu la vue et avait eu les mains arrachées.

11 novembre

1913: Inauguration de la brasserie Frontenac située dans le Mile-End. Cette brasserie fondée par Joseph Beaubien fut à l'origine d'une guerre des prix dans le monde de la bière. Afin de conquérir une plus grande part du marché, on insérait des prix intéressants dans les capsules. Les grandes brasseries Molson et Dawes amorcèrent une guerre des prix, abaissant les leurs de 20 %. La brasserie Frontenac ne put soutenir longtemps cette concurrence; elle fusionna avec la National Breweries Ltd en 1926. Entre 1904 et 1907, Avila Farand, marchand général au village de Saint-Clet ainsi qu'à Coteau-Landing, fut le représentant de la National Breweries Ltd, puis agent de la brasserie Frontenac en 1924. Il représenta aussi la circonscription de Soulanges à l’Assemblée législative du Québec en tant que député libéral de 1916 à 1923 et de 1927 à 1936.

12 novembre

1847: Proclamation du décret d’érection de la paroisse religieuse de Saint-Joseph de Soulanges (Les Cèdres) qui s'étendait alors sur un territoire borné au nord par la seigneurie de Vaudreuil; au sud-ouest par la côte Saint-Dominique et la côte Saint-Emmanuel; de là, courant sud-ouest, le long de la ligne qui va jusqu’à la profondeur des terres qui se trouvent bornées par le fleuve St-Laurent, jusqu'au lot no 29 alors occupé par Dominique Montpetit dit Potvin inclusivement; et enfin, au sud et sud-est, borné par le fleuve Saint-Laurent.

13 novembre

1897: Naissance à Sainte-Marthe de Philippe Deschamps. Ayant obtenu un baccalauréat à l'université Laval en 1916, il entre chez les Clercs de Saint-Viateur en 1918 et est ordonné prêtre en 1924. Professeur au collège Bourget, il étudie aussi à l'Institut catholique de Paris en 1937, puis devient professeur à l'école de pédagogie de l'université Laval en 1946. Ses ouvrages, notamment sur l’art d’écrire, se comptent par centaine. Il est décédé le 27 mars 1961.

2008: La Municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges lance sa Politique de l’arbre et des boisés dans le but de freiner les pertes de biodiversité dans la région et afin de mettre en valeur les secteurs agro-forestiers du territoire par des actions et des solutions concrètes.

14 novembre

1946: L'International Water and Supply Company creuse un puits artésien pour la ville de Rigaud. Le puits situé au bas de la rivière Rigaud, à l'endroit mieux connu sous le nom de La Pointe-au-Sable. Les résultats escomptés sont inférieurs aux besoins estimés si bien que le putis est abandonné dû au fait que sa capacité de débit n'est seulement que de 100 000 gallons par 24 heures.

1952: Anne-Marie Loignon de Rigaud, épouse du généalogiste et historien Yves Quesnel, devient la première femme à devenir membre de la Société historique de Rigaud. Le jour de son admission, à la suite d’une invitation de la part du père Irénée Gauthier du collège Bourget de Rigaud, elle présenta une conférence sur une lignée des descendants de François Brasseur et d'Angélique Jérôme.

15 novembre

1802: À Vaudreuil, Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière convole en seconde noce avec Marie-Charlotte Munro, veuve du juge de paix Paul Dennis et fille de John Munro, conseiller législatif du Haut-Canada, et de Marie Talbot Gilbert Bruère. Chartier de Lotbinière, seigneur de Rigaud et de Vaudreuil, avait épousé en première noce Marie-Josephte Godefroy de Tonnancour le 13 décembre 1770.

1889: Suite à l'approbation de la Cour Supérieure, avec le consentement de monseigneur Édouard-Charles Fabre, évêque de Montréal, et avec la permission de Joseph-Octave Rémillard, curé de Rigaud, les paroissiens de Rigaud sont autorisés à exhumer du vieux cimetière les corps de leurs parents pour les transporter dans le nouveau cimetière. Pour l'ouverture de ce nouveau champ des morts, le curé Rémillard avait agi avec prudence et sagesse. Il laissait à ses ouailles le choix du lieu de sépulture et la liberté d'exhumer leurs morts. De cette façon, il éliminait toutes disputes ou contestations. Ce 15 novembre 1889, Télesphore Séguin est le premier citoyen de Rigaud à exhumer de vieux cimetière les restes de ses parents.

16 novembre

1753: Naissance de Geneviève-Élisabeth de Beaujeu, fille de Louis Liénard de Beaujeu et Marie-Geneviève Lemoyne. Elle épouse Joseph Biron le 8 novembre 1771 à Québec. Elle est décédée le 26 août 1846 à Saint-Polycarpe. Geneviève-Élisabeth était la sœur ainée du seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil, Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu. De son union avec Joseph Biron sont issus plusieurs enfants dont la descendance laisse encore des traces dans la région de Vaudreuil-Soulanges.

17 novembre

1830: Suite à une pétition de 191 résidents et propriétaires, Mgr Jean-Jacques Lartigue, évêque de Montréal, émet l’ordonnance de la fondation de la paroisse de Saint-Ignace de Coteau-du-Lac malgré une vive opposition des habitants du ruisseau Saint-Hyacinthe (Pont-Château).

18 novembre

1822: Un procès verbal du 18 novembre 1822 entérine l’annexion à la paroisse religieuse de Saint-Lazare les rangs Saint-Féréol et de Saint-Dominique au nord du chemin Chevrier, rangs qui faisaient jusqu’alors partie de la paroisse de Saint-Joseph-de-Soulanges (Les Cèdres).

19 novembre

1952: Vers six heures du soir, les pères Désiré Bergeron et Hilaire Cholette de la communauté des Oblats de Marie Immaculée sont décédés lorsque la camionnette dans laquelle ils prenaient place a embouti un chargement de billots. L'accident est survenu près de la montée de Choisy. Les trois autres occupants de la voiture furent grièvement blessés. Les voyageurs revenaient d'une retraite à Montréal et se dirigeaient vers Ottawa au moment de la tragédie.

20 novembre

1702: Mariage à Québec de Pierre-Jacques de Joybert de Soulanges et de Marson avec Marie- Anne Bécard, fille de Pierre Bécard, sieur de Grandville et de Marie-Anne Macard. Attaché à la garnison de Québec, le capitaine de Joybert mourut de la petite vérole à l'âge de 35 ans et 6 mois quelques mois après son mariage. Il est inhumé sous la crypte de l'église Notre-Dame de Québec le 16 janvier 1703. À son décès, la veuve du jeune officier était enceinte. Le 6 octobre 1703, elle donnait naissance à une fille posthume qui fut baptisée à Québec sous le nom de Marie-Geneviève laquelle devint l’unique héritière de la seigneurie de Soulanges.

21 novembre

1690: Mariage à Québec de Louise-Élisabeth de Joybert de Soulanges et de Marson avec Philippe de Rigaud de Vaudreuil, gouverneur général du Canada de 1703 à 1725 et premier seigneur de Vaudreuil. De leur union naquirent 12 enfants dont Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnial, dernier gouverneur de la Nouvelle-France.

1785: Avant de devenir propriétaire en août 1786 d'un magasin général sur les bords de la rivière Outaouais dans la baie de Vaudreuil, Jean-Joseph Trestler avait épousé quelques mois plus tôt en novembre 1785, dans la paroisse Notre-Dame de Montréal, Marguerite Noël, fille de Jean-Baptiste Noël et de Marguerite Dassilva dit Portugais. Devenu veuf, il se remaria au même endroit, le 24 février 1794, avec Marie-Anne-Joseph Curtius, fille de Charles-Ferdinand-Frédéric Curtius, ancien marchand d'origine allemande devenu instituteur à Vaudreuil.

1806: Joseph- Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil, décédé sans héritier direct le 19 janvier 1807, lègue par testament le 21 novembre 1806 ses seigneuries de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil à son neveu Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu. Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu héritait d’un domaine passablement lucratif puisqu’entre 1780 et 1790 les revenus annuels des seigneuries de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil. Outre l’usufruit de ces seigneuries, Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu héritait des moulins de son oncle, d’une terre de 160 arpents située dans la baronnie de Longueuil, d’une partie du canton de Newton et de créances considérables.

22 novembre

1698: Naissance à Québec de Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnial. Il était le quatrième fils de Philippe de Rigaud de Vaudreuil et de Louise-Élisabeth de Joybert de Soulanges et de Marson.

1907: Dans un article publié le 22 novembre 1907, L'Écho de Vaudreuil avisait la population qu'une importante assemblée de citoyens qui font usage du téléphone s'était tenue à l'hôtel de ville de Rigaud sous la présidence de Joseph-Alphonse Chevrier. Lors de cette réunion, les participants s'étaient engagés à établir et à soutenir un système de téléphone qui donnera satisfaction à tout le monde. Certains intéressés étaient d'avis qu'ils devraient se prévaloir des articles 30 et 31 de l'acte des chemins de fer qui donne aux compagnies téléphoniques le pouvoir de s'amalgamer entre elles en vertu de la loi, pour former une compagnie légalement organisée. D'autres faisaient valoir que Rigaud possédait déjà une installation complète de poteaux, de fils et de boîtes téléphoniques, et ajoutaient qu'en chargeant un prix raisonnable on aurait bien vite 60 à 75 abonnés.

23 novembre

1952: C'est durant la grand-messe, vers les dix heures de l'avant-midi, qu'un incendie se déclara à la grange d’Eugène Laframboise, cultivateur dans le rang de Saint-Georges. Il paraît que la fameuse grange renfermait un alambic.

24 novembre

1837: Décès de Charles-Ovide Perrault lors de la bataille de Saint-Denis. Élu député de Vaudreuil en 1834 il avait appuyé le Parti patriote et participé, en tant qu'orateur ou organisateur, à diverses assemblées patriotes entre 1835 et en 1837. Le 5 septembre 1837, il avait été nommé membre honoraire des Fils de la liberté. En novembre 1837, il avait rejoint Wolfred Nelson à Saint-Denis à titre d'aide de camp. Il est mortellement blessé au cours de la bataille du 23 novembre. Il expire le 24 à l'âge de 28 ans et 2 mois.

1944: Le lieutenant Paul Faubert, fils du médecin-chirurgien Omer Faubert et d’Éva Fleury de Rigaud, est enfin de retour chez ses parents. Son absence a été d'une durée de vingt et un mois passée outre-mer en service actif. Il avait combattu en Normandie ainsi qu'en Belgique.

25 novembre

1947: Lors de la réunion du 25 novembre 1947 de la Cinémathèque de Rigaud, le notaire Joseph Dion remettait sa démission en tant que secrétaire-trésorier. Il fur remplacé par Anne-Marie Loignon, alors jeune fille, laquelle épousera en 1950 l’historien et généalogiste bien connu, Yves Quesnel.

26 novembre

1889: À 14 00 en ce 26 novembre avait lieu à Vaudreuil la pose du premier rail du chemin de fer Vaudreuil-Prescott.

27 novembre

1768: Devant le notaire Thomas Vuatier, Jean-Baptiste Bézenaire achète de Paul Robidoux la terre no 29 à la 3e Concession dans la petite côte de Vaudreuil. Il occupait probablement déjà la terre située en face. Selon la tradition, cette terre était située dans la Petite-Côte, que l'on nommait autrefois la Côte des Français parce qu'un certain nombre de soldats français démobilisés s'y établirent après la Conquête.

1854: Georges-René Saveuse de Beaujeu était seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil lors de l'abolition du régime seigneurial en 1854. Ce régime instauré sous le régime français en Nouvelle-France fut contesté dès l'avènement de la domination anglaise au Canada si bien qu'au cours de la première partie du XIXe siècle, nombreuses furent les propositions pour qu'il soit aboli. Georges-René Saveuse de Beaujeu, lui-même conseiller législatif, s'opposait fermement à cette abolition et rédigea une pétition datée du 27 novembre 1854 dans laquelle il défendait ses droits féodaux. La loi de 1854 abolira progressivement le régime seigneurial et permettra aux censitaires de racheter au seigneur les droits sur la terre. Cet acte reçu l'approbation des deux chambres et fut sanctionné par le gouvernement le 18 décembre 1854.

28 novembre

1963: Fernande Létourneau (1910-1988), secrétaire du colonel Roger Maillet, est considérée comme la cofondatrice du musée de l’île Perrot qui deviendra par la suite le Musée régional de Vaudreuil-Soulanges. Férue d'histoire et de patrimoine, elle fit l'acquisition du vieux moulin de l'île Perrot et de la maison du meunier le 28 novembre 1963. Afin de préserver ce site unique, elle l’offrit au gouvernement du Canada en 1973 pour qu’il devienne un parc historique. Un secteur de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, connu sous le nom de croissant Fernande-Létourneau, lui rend hommage en perpétuant son nom et sa mémoire.

29 novembre

1939: Lors de la 34e assemblée de la Société historique de Rigaud, le chanoine Donat Fortier proposait une devise pour illustrer les activités généalogiques et historiques de l’organisme : Virtus a stirpe. Le même soir, le chanoine présentait un travail de longue haleine sur Oscar Dunn, le célèbre journaliste né à Coteau-du-Lac le 14 février 1845.

30 novembre

1998: Victoire du Parti québécois de Lucien Bouchard à l’Assemblée nationale du Québec. Le Parti québécois remporte la victoire avec 42,9 % en faisant élire 76 députés; le Parti libéral, avec 43,6 % du vote exprimé, n’obtient que 48 sièges. L’Action démocratique du Québec fait élire un député avec 11 % du vote. Dans Vaudreuil-Soulanges, Yvon Marcoux du Parti libéral obtient 22 934 voix devant son adversaire Yvon Faille du Parti Québécois avec une majorité de 6 711 voix. Jocelyne Boudreault de l’Action démocratique du Québec obtient 4 420 suffrages. Dans Salaberry-Soulanges, la victoire revient à Serge Deslières du Parti québécois qui l’emporte avec 21 588 voix, soit une majorité de 6 656 voix devant son adversaire libérale, Marie-André McSween. Richard Lamarche de l’Action démocratique du Québec obtient 4 844 suffrages.

Retour vers le haut de la page