Éphémérides concernant l'histoire de Vaudreuil-Soulanges

Appel à tous

Vous connaissez un évènement intéressant, une nouvelle ou tout autre histoire concernant le patrimoine de Vaudreuil-Soulanges ? Nous en faire part à l'aide de ce formulaire. Merci de votre collaboration.

Éphémérides du mois de janvier

1 janvier

1822: Décès à Montréal à l’âge de 73 ans de Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, seigneur de Vaudreuil et de Rigaud. Son corps est inhumé le 5 janvier suivant dans la chapelle Saint-Louis de l’église Saint-Michel de Vaudreuil.

Source : Centre d’histoire La Presqu’île, Fonds Paroisse Saint-Michel-de-Vaudreuil, M18/F.

1877: La municipalité du village de Como est constituée par détachement de la paroisse de St-Michel de Vaudreuil.

Source : Gazette officielle du Québec, 30 décembre 1876, p. 3487.

1928: Un accident fatal survient à Coteau-du-Lac mettant fin aux réjouissances du Nouvel An et plongeant une famille dans un deuil cruel. Le dimanche 1er janvier, vers 23 heures, un cheval conduit par Alfred Deguire lance une ruade et atteint à la figure ce dernier debout dans sa voiture. On le transporte chez lui avec la mâchoire fracturée où il décède peu de temps après. Alfred Deguire était âgé de 25 ans et 6 mois. Il laisse dans le deuil son épouse Marie-Josèphe Isabelle et ses trois enfants : Marcelle, âgée de 3 ans, Marielle, âgée de 2 ans, et Bernard, âgé de un an.

Source : La Presse, 1er janvier 1928 : « Cruel début de l'an pour une famille ».

1948: La municipalité de la paroisse Notre-Dame-de-l'Île-Perrot est constituée par détachement de la municipalité de l'Ile-Perrot.

Source : Gazette officielle du Québec, 20 décembre 1947, p. 3141.

1950: La municipalité du village de Paincourt est constituée par détachement de la municipalité de l'Ile-Perrot.

Source : Gazette officielle du Québec, 24 décembre 1949, p. 2939.

1952: La municipalité de Terrasse-Vaudreuil est constituée par détachement de la municipalité de l'Ile-Perrot.

Source : Gazette officielle du Québec, 29 décembre 1951, p. 3512.

1957: À Coteau-du-Lac, un vol est perpétré à la Banque Provinciale située dans le magasin Vaillant. Les malfaiteurs ont scié le mur du bâtiment à l’endroit du guichet de la caissière, agrandi un trou pour y faire passer le coffre-fort, transporté le coffre vers l’avant du magasin et pratiqué un nouveau trou dans le tambour pour sortir le coffre. Le coffre vide a été retrouvé à Montréal. Étrangement, une tentative de vol avait eu lieu au même endroit le 1er novembre 1956.

Source : Centre d'histoire La Presqu'ile, Fonds Famille Juillet de Vaudreuil-Soulanges, P72.

2 janvier

1772: La seigneurie de Soulanges connaît un essor marqué sous l’administration de Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil. Il concède plusieurs emplacements dans les années 1770, dont deux le 2 janvier 1772 à Édouard Lalonde. Les lots, situés sur le coteau des Cèdres, sont bornés pas devant par la rivière Cataracoui ou fleuve Saint-Laurent. Il est stipulé dans l’acte de concession que l’acquéreur Édouard Lalonde « ses hoirs et ayant cause seront tenus et obligés de planter un may tous les ans au premier jour de mai avec tous les autres habitants au devant de la porte du principal manoir de ladite seigneurie de Soulanges à peine de trois livres d’amende applicable à la fabrique de la paroisse dudit lieu… ».

Source : BAnQ. Fonds Cour supérieure. District judiciaire de Montréal. Greffes de notaires. Thomas Vuatier, CN601,S395.

3 janvier

1802: Premier acte de baptême inscrit aux registres de la paroisse Sainte-Madeleine-de-Rigaud : Charlotte Joint, née le 20 décembre 1801, fille de Jean-Baptiste Joint, cultivateur, et de Marie-Louise Lemire.

Source : Centre d’histoire La Presqu’île. Fonds Yves Quesnel, P4/FQ.22 et Sainte Madeleine de Rigaud, 1802-1889, Baptêmes, volume 2, p. 441, RG-20.

1856: Le premier presbytère-chapelle construit à Rigaud en 1800-1801 est complètement détruit par un incendie. Le curé de l'époque, l'abbé Pierre Bélanger, se retira dans une maison voisine, laquelle servait d'école pour les jeunes du village. Cet établissement scolaire était situé dans le parc du presbytère, c'est-à-dire entre l'édifice de la Banque Nationale et le presbytère actuel. À cause de ce déménagement, les marguilliers furent dans l'obligation de louer une résidence privée pour servir d'école. Cette situation fut maintenue jusqu'à l'érection d'un nouveau presbytère.

Source : Centre d’histoire La Presqu’île. Fonds Yves Quesnel, P4/FQ.22.

4 janvier

1906: Le charnier du cimetière de Rigaud est défoncé et trois corps sont volés. Les trois dépouilles sont celles d'Émélie Normandeau, d'Élisabeth d'Amours et de Julien Gauthier, âgé de 72 ans lors de son décès. Les corps des deux dames furent retrouvés le 12 mai de la même année à Saint-Polycarpe dans la rivière Delisle. Par contre, le corps de Julien Gauthier ne fut jamais retouvé.

Source : Centre d’histoire La Presqu’île. Fonds Yves Quesnel, P4/FQ.66.

1935: À Rigaud, la maison d’Ulric Séguin et de son épouse, Marie-Jeanne-Alice Dumoulin, est la proie des flammes. Deux enfants perdent la vie dans l'incendie de la demeure familiale, dont Joseph-Ulric-Marcel, âgé de 6 ans, et son frère cadet Joseph-Richard-Alban, âgé de 5 ans.

Source : Centre d’histoire La Presqu’île. Fonds Yves Quesnel, P4/FQ.66.

1965: Vers 6 h du matin à Rigaud, l’Hôtel Canada est rasé par les flammes. Les pertes sont évaluées à un demi-million de dollars. Cet établissement était la propriété de Rosaire Allaire. Il était situé dans la rue Saint-Jean-Baptiste presque en face de l’Hôtel des Guérets, aujourd’hui La Vieille.

Source : Centre d’histoire La Presqu’île. Fonds Yves Quesnel, P4/FQ.66.

5 janvier

1894: Décès de Hyacinthe Cholette, père de Pierre Cholette que l'histoire a retenu comme étant l'enfant perdu et retrouvé de St-Polycarpe. Le service funèbre de Hyacinthe, qui venait d'avoir 91 ans le 18 décembre, a été célébré le 8 janvier, et la dépouille mortelle fut déposée au charnier avant d'être portée en terre au printemps suivant.

6 janvier

1907: Près d’une centaine de paroissiens de Vaudreuil offrent leurs vœux à leur vicaire Joseph-D. Meloche et lui offre en cadeau un manteau en chat sauvage. À la lettre qui accompagne le don est jointe la liste de ceux qui ont contribué pour un total de 84,60 $ pour l’achat du manteau. On lit dans cette lettre : « Comme témoignage non équivoque que nous tenons à la réalisation de notre vœu, nous voulons entourer votre personne d’un rempart impénétrable qui vous permettra d’affronter sans crainte les froids rigoureux de nos hivers. »

8 janvier

1930: Le curé de Vaudreuil, Célestin Martin, écrit à Charles-Antoine de Lotbinière Harwood, descendant de la famille seigneuriale, pour le rassurer sur les travaux qui vont être entrepris dans l’église quant au banc seigneurial de la famille. Lotbinière Harwood avait rappelé au curé dans une lettre 7 janvier à quel point ce banc est important pour l’histoire, une relique en quelques sortes dans une église où les restes de ses ancêtres reposent. Le curé lui mentionne que les marguillers avaient adopté à l’unanimité, le 26 août 1883, une résolution accordant à perpétuité la jouissance du banc seigneurial aux descendants de la famille étant donné la grande générosité envers la paroisse.

1956: Sous l'initiative d'Ubald Brazeau et d'une poignée de jeunes, une première exposition philatélique est inaugurée à Rigaud. C'est grâce à cette exposition qu'a germée dans la tête de quelques jeunes gens et personnes plus âgées l'idée de fonder un club de philatélie.

9 janvier

1817: Andrew Cochran, secrétaire du gouverneur du Bas-Canada, sir John Coape Sherbrooke, écrit à Jacques Philippe Saveuse de Beaujeu, seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil, pour lui annoncer qu’il a été recommandé pour être nommé au conseil législatif. Saveuse refuse l'offre.

11 janvier

1900: Annonce parue dans le journal La Presse : « Trois moulins de service local à vendre à bon marché. Un moulin à farine, un moulin à carder et un moulin à scie, sur la rivière Delisle dans le canton de Newton, comté de Vaudreuil, province de Québec, tous en parfait ordre et bien achalandés. Se présenter personnellement ou s'adresser au propriétaire. C.F. STACKOUSE, Peveril, P.Q  »

12 janvier

1796: L’évêque de Québec, Monseigneur Jean-François Hubert, écrit à tous les curés du Bas-Canada, notamment au curé Deguire de Vaudreuil, pour proposer de créer une caisse du clergé afin que les prêtres qui décèdent laissent une partie de leurs biens à l’église. La caisse servirait à faire l’aumône aux plus démunis.

1940: Charles Auguste de Lotbinière Harwood, descendant de la famille seigneuriale, écrit au Canadian National Railways afin que le nom de la gare de Vaudreuil ne soit pas changé pour celui de Gare de Dorion. Harwood évoque le nom ancien de Vaudreuil afin de convaincre les autorités ferroviaires. Il invoque le fait aussi qu’on trouve le nom Dorion pour d’autres gares notamment près de Giffard et même en Ontario. Harwood envoie une copie conforme de sa lettre au curé Phaneuf de Vaudreuil. La gare du CNR a disparu depuis.

13 janvier

1912: Au Palais de Justice de Vaudreuil, aujourd’hui l’édifice de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, a lieu une soirée théâtrale commanditée par The St.Lawrence Flour Mills Company et The Travellers Life Assurance Company of Canada. Au programme les pièces suivantes : Un beau-frère pas commode, Les deux aveugles, Terrible affaire et Un habit par la fenêtre. Il y avait aussi un orchestre et Mademoiselle Sophie Charlebois y chanta et y déclama des poèmes. La vedette principale était J.L. Vital Mallette qui était aussi le représentant de la compagnie d’assurance.

1920: Monseigneur Médard, évêque de Valleyfield, confirme par écrit au curé Joseph-Octave Godin de Vaudreuil sa nomination par le pape Benoît XV à titre de chanoine honoraire avec tous les droits et privilèges. Le curé Godin a exercé son ministère à Vaudreuil de 1887 à 1921; il n’aura été chanoine que pendant un an environ.

14 janvier

1947: Le curé Adhémar Jeannotte de Vaudreuil écrit à Laurent Barbe, ministre de l’Agriculture sous Duplessis, pour lui signaler l’importance de résoudre le problème du cours d’eau de l’Anse de Vaudreuil alors que des cultivateurs perdent de 30 à 40 % de leurs récoltes à cause du mauvais drainage et du pont ferroviaire du CPR. Le curé demande à rencontré le ministre avec les cultivateurs non pour demander des octrois mais pour parler du problème afin de le résoudre.

15 janvier

1920: Avila Farand député libéral de Soulanges déclare en chambre que « Il y a deux ans (...) comme j'étais propriétaire d'une industrie de conserves alimentaires, j'ai demandé au ministre de l'Agriculture, à Québec, d'aider mon industrie. L'honorable ministre m'a répondu qu'il ne pouvait pas donner de subvention à une nouvelle industrie. Je me suis dit que notre jour viendrait. Depuis, j'ai vendu mon industrie à cause de mes occupations. Les nouveaux propriétaires en sont très satisfaits. Le succès est attribuable à l'initiative des agriculteurs eux-mêmes. Cela prouve que l'honorable chef de l'opposition a tort de dire que l'industrie des conserves périclite dans cette province. »

1957: Gérard Morisset, secrétaire de la Commission des Monuments historiques du Québec, répond au curé Adhémar Jeannotte de Vaudreuil qu’il a été malade et qu’il n’a pu s’occuper du dossier de l’église St-Michel et de son orgue. Il suggère au curé de déposer une demande officielle pour le classement de l’église et de l’orgue. L’église sera inscrite à la liste des monuments classés au cours de la même année.

16 janvier

1703: Décès à Québec de Pierre-Jacques de Joybert de Soulanges à l’âge de 26 ans. Il avait obtenu, le 23 octobre 1702, la seigneurie de Soulanges qui s’étendait de la pointe des Cascades jusqu’à Coteau du Lac. Il est inhumé sous l’église de Québec.

18 janvier

1830: Les habitants de Coteau-du-Lac font une première démarche officielle auprès des instances religieuses pour se détacher de la paroisse St-Joseph de Soulanges (Les Cèdres). 191 propriétaires endossent la pétition envoyée à Monseigneur Lartigue et certifiée par le notaire Joseph Mailloux.

1849: Les habitants de Coteau-du-Lac adressent à leur évêque une pétition pour obtenir l’autorisation de ce construire une nouvelle église. L’autorisation sera accordée en février 1849. L’église sera achevée en 1854 et inaugurée le 15 novembre de la même année.

19 janvier

1986: Johanne Pilon-Vallée inaugure, au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, l'exposition intitulée « Un siècle de têtes emmitouflées ». Entre 1985 et 1999, Madame Pilon-Vallée a présentée cinq autres expositions au musée. La première exposition présentée en février 85 par Johanne Pilon-Vallée, s'intitulait « Oursons de rêve » et regroupait soixante-dix oursons en peluche ayant appartenu à quatre générations d'enfants. Le plus vieux spécimen datait de 1907 et portait le sobriquet de Grover. « Un siècle de têtes emmitouflées » a été présentée du 19 janvier au 9 février 1986. L'exposition « Fantaisies cachées » a eu lieu du 3 octobre au 8 novembre 87. Du 9 juin au 9 septembre 1990, elle présentait « Plaisirs d'eau », puis, en 1993, « Par le trou d'un bouton et mains endimanchées ».

20 janvier

1992: La première assemblée générale du Centre d'histoire La Presqu'île permet à ce nouvel organisme régional d'adopter ses règlements généraux de fonctionnement interne et d'élire son premier conseil d'administration permanent dont les membres étaient : André Paul Chevrier, Gisèle Monarque, Colette Chénier, Lise Pilon, Danielle Jean et Guy Auger.

24 janvier

1881: Première assemblée générales des électeurs municipaux pour la municipalité du Très-Saint-Rédempteur. Sont élus par les électeurs les conseillers suivants : Joseph Séguin (fils d'André), Joseph Magloire Quesnel, Trefflé Brazeau, Joseph Laframboise, John McCabe, F. D. Terrien et Napoléon Lalonde. Le 31 janvier suivant, John McCabe est élu à l'unanimité le premier maire de la municipalité de Très-Saint-Rédempteur et Joseph Laframboise secrétaire-trésorier.

Source : Centre d’histoire La Presqu’île. Procès verbaux de la municipalité de Très-Saint-Rédempteur.

25 janvier

1940: Joseph Lefebvre, propriétaire de la fonderie de Rigaud, intente un procès à la ville de Rigaud par lequel il réclame une somme de 7 000 $ en pertes et dommages causée à ses propriétés et son commerce par la construction du nouveau pont sur la rivière à la Graisse et l'enlèvement du vieux pont de fer. Le 1er avril 1940, l'honorable Juge Philippe Demers prononce son jugement par lequel il déboute le demandeur de son action avec dépens.

26 janvier

1839: Joseph Watier, cultivateur et marchand aux Cèdres, est condamné à mort pour ses sympathies au sein du mouvement patriotes. Sa peine sera commuée en emprisonnement à vie mais il sera libéré sous caution.

1963: Réception des soumissions par la Corporation de la Cité des Jeunes de Vaudreuil pour l'achat, en tout ou en partie, des immeubles suivants : Une grange située à l'est du terrain en bordure des chemins conduisant aux maisons de ferme, deux granges situées au nord-ouest de la grange principale et 4 silots pris à même la grange principale. L'acheteur devra démolir et transporter à ses frais les dits immeubles.

Retour vers le haut de la page