Éphémérides concernant l'histoire de Vaudreuil-Soulanges

Appel à tous

Vous connaissez un évènement intéressant, une nouvelle ou tout autre histoire concernant le patrimoine de Vaudreuil-Soulanges ? Nous en faire part à l'aide de ce formulaire. Merci de votre collaboration.

Éphémérides du mois d'août

1 août

1887: Cyprien Tanguay, le célèbre auteur du Dictionnaire généalogique des familles canadiennes, écrit au curé Célestin Martin de Vaudreuil pour inviter sa paroisse à se procurer le dictionnaire en question qui, à ses yeux et aux yeux des évêques du Québec et du Canada, est un outil indispensable pour l’utilité des curés et des paroissiens, un guide sûr pour faire disparaître tout doute fondé sur une dispense de mariage accordée à tel ou tel degré. Le vénérable abbé généalogiste joint à sa lettre un bon de commande.

1984: En ce premier jour d’août 1984, la paroisse de Saint-Lazare salue avec fierté l’arrivée d’un nouveau curé en la personne de Gérald Sareault, un fils issu de la communauté lazaroise qui va injecter un courant de fraternité et de collaboration grâce à ses qualités de communicateur.

2 août

1858: Une pétition est signée par plusieurs catholiques de l’ancien domaine forestier de la Nouvelle-Longueuil, le territoire occupé aujourd’hui par la municipalité de Saint-Télesphore, pour demander à l’évêque de Montréal, Ignace Bourget, la création d’une nouvelle paroisse et la présence d’un prêtre résidant. La requête est bien acceptée par monseigneur Bourget, mais le seigneur de Nouvelle-Longueuil, Georges-René Saveuse de Beaujeu, fait signer une contre-requête, ce qui retarde le projet. Ce n’est donc qu’en 1876 que fut fondée la paroisse catholique de Saint-Télesphore de Montjoie. Dans ce territoire en 1858, il y avait 71 familles catholiques et 100 foyers protestants pour la plupart installés dans la côte Saint-Georges.

1875: Naissance à Saint-Polycarpe de Joseph-Octave Mousseau, fils de Joseph-Octave Mousseau, médecin et député à la Chambre des communes en 1891, et de Rose-Avelina Cadieux. Il fait ses études au collège Bourget de Rigaud et à l'université Laval à Montréal. Admis au barreau de la province de Québec en 1897, il exerce sa profession à Montréal et est associé à A. Gagné de 1911 à 1915 et à R.-G. Mousseau et Gaston Mousseau de 1931 à 1934. Il subit la défaite comme candidat libéral dans Soulanges à l'élection partielle du 3 octobre 1902; il est élu député libéral dans la même circonscription en 1904, puis réélu en 1908 et 1912. Il est whip du Parti libéral en 1913 et 1914, mais démissionne le 28 janvier 1914 à la suite d’accusations de corruption portées contre lui. Il est décédé à Montréal le 2 décembre 1965 et est inhumé dans le cimetière de Notre-Dame-des-Neiges.

3 août

1694: Après avoir passé dix ans au service de Louis XIV à titre de gentilhomme servant de la chambre du roi, Charles-René de Breslay débarque en Nouvelle-France le 3 août 1694. Il avait quitté ses fonctions auprès du roi pour entrer dans la compagnie de Saint-Sulpice. En 1689, Il prononce ses vœux et demande à servir l’église en Nouvelle-France. Sa demande est agréée le 1er février 1694. Dès son arrivée dans la colonie, il est envoyé à Montréal, d’abord comme vicaire (1694-1696), puis comme curé de la paroisse de Notre-Dame (1696–1703). En mars 1703, il est nommé curé de la paroisse de Sault-Saint-Louis, située à l’extrémité de l’île de Montréal. L'année suivante il contribue à la fondation d’une mission à l’île aux Tourtes située dans la seigneurie de Vaudreuil, ou un fort sera érigé en 1706. En 1710, il y fait construire une église qui desservait les îles de Vaudreuil et les populations algonquines christianisées. La mission de l’île aux Tourtes fut abolie en 1726. L’abbé de Breslay est décédé à Paris le 4 décembre 1735.

4 août

1837: À la suite de la mort de Guillaume IV d’Angleterre survenue le 20 juin 1837, sa fille, la princesse Victoria, devient reine de l'Empire britannique en ce jour du mois d’août 1837. Monseigneur Lartigue, évêque du diocèse de Montréal, demande alors à ses ouailles que l'on chante le Te Deum pour célébrer l'évènement. La proposition de célébrer l’avènement de Victoria fut mal accueillie à Saint-Polycarpe où les citoyens exprimaient des sentiments hostiles envers l’Angleterre d'autant plus qu'en juillet les Patriotes de Saint-Polycarpe avaient tenu deux rassemblements qualifiés d’illégaux par le pouvoir. C’est l’aube de la rébellion.

5 août

1919: La municipalité du village de Vaudreuil transmet un avis à la fabrique de la paroisse Saint-Michel-de-Vaudreuil lui ordonnant d’enlever les poteaux et constructions faites par elle sur les places publiques avant le 18 août sous peine de tous dépens, dommages et intérêts. Cet avis faisait suite à l’adoption d’un règlement sur les places publiques qui révoquait des avantages obtenus par la fabrique en 1852. Avec l’arrivée du transport par automobile et la construction de trottoirs, la municipalité ne tolérait plus certains privilèges accordés auparavant.

6 août

1837: Deux mille personnes se regroupent à Vaudreuil pour une assemblée de Patriotes. À 15 h, la foule se presse autour des violoneux tandis que flotte aux vents des banderoles affichant des slogans révolutionnaires. Sur l'une d'entre elles, confectionnées par des habitants de Saint-Polycarpe, on pouvait lire : « Si le Canada n'écrase pas le Conseil, le Conseil écrasera le Canada. » Parmi les Patriotes venus de Saint-Polycarpe pour assister à cette manifestation se trouvent Antoine Lantier, capitaine de milice, et Godefroy Beaudet, marchand.

1851: Ouverture du premier bureau de poste à Saint-Clet. Le premier maître de poste était J.-H Thisdale.

1891: Décès à l’âge de 66 ans à Montréal d’Antoine Chartier de Lotbinière Harwood, fils de Robert Unwin Harwood et de Louise-Josephte Chartier de Lotbinière, seigneuresse de Vaudreuil. Admis au barreau en 1848, il est secrétaire de la Compagnie du chemin de fer de Vaudreuil qu'il contribue à fonder en 1853. Le 4 février 1851, Il avait épousé à Saint-Eustache, Angélique Lefebvre de Bellefeuille, fille de Margaret McGillis et d'Eustache-Antoine Lefebvre de Bellefeuille, adjudant général de la milice du Bas-Canada et coseigneur des Mille-Îles. En 1867, il est élu député conservateur de Vaudreuil à l'Assemblée législative du Québec lors des premières élections faisant suite à la création de la fédération canadienne; il ne s'est pas représenté en 1871. Après avoir servi comme capitaine dans le 1er bataillon de la milice de Vaudreuil, il occupe un poste d'adjudant général adjoint de la milice. Il démissionne en 1889, mais conserve son grade de lieutenant-colonel. En 1871, il est nommé commandant de l'École militaire de Montréal. Il est inhumé dans le caveau familial de l'église Saint-Michel de Vaudreuil.

7 août

1944: La Coopérative agricole de Rigaud, propriétaire depuis 1938 de l'ancienne beurrerie de René Groulx, entreprend en 1944 la construction d’un entrepôt à grain près de la gare du Canadien Pacifique. Les travaux sont confiés à la supervision de Paul-Émile Cadieux.

8 août

1931: Première parution du journal L’Interrogation de Rigaud dirigé par Antoine Bussière. L’hebdomadaire était imprimé sur une presse de 7 X 12 pouces et vendu pour la modique somme de 5 cents l'exemplaire. Cette première publication ne portait, officiellement, aucun nom et fut publiée sous le titre : Interrogation. Un concours, ouvert au public, devait en choisir la dénomination mais le fameux concours projeté n'a jamais été organisé si bien que le journal a toujours conservé sa première identification. Le premier abonné fut le docteur Omer Faubert qui déboursa la rondelette somme de 0,25 cents pour un abonnement de trois mois.

1944: Victoire de l’Union nationale de Maurice Duplessis aux élections à l’Assemblée législative du Québec. Sur 91 sièges, l’Union nationale en obtient 48 avec 27,1 % des voix exprimées, alors que le Parti libéral en obtient 37 avec 28,1 % des voix. Le Bloc populaire fait bonne figure avec quatre sièges et 10,3 % des voix. Dans Vaudreuil-Soulanges, Alphide Sabourin du Parti libéral l’emporte avec 4714 voix, soit avec une majorité de 351 voix sur son adversaire de l’Union nationale Édouard Leduc. Le Bloc populaire représenté par Firmin Létourneau obtient 1170 voix.

1988: Décès de Félix Leclerc à Saint-Pierre de l’île d’Orléans. Le célèbre auteur-compositeur-interprète, chansonnier, poète, écrivain et acteur est né le 2 août 1914 à La Tuque. Félix Leclerc a vécu plus de vingt ans à Vaudreuil. Arrivé en 1946 avec les Compagnons de Saint-Laurent, il trouve une maison à louer en face du lac des Deux Montagnes, puis en 1956, il s’installe dans l’anse de Vaudreuil où il crée ses chansons les plus populaires : Moi, mes souliers, Le p’tit bonheur, Bozo, L’hymne au printemps, Le train du nord, etc.

9 août

1871: Le Bureau d’Agriculture et des Travaux publics du Québec écrit au curé Joseph-Octave Godin de Vaudreuil pour lui transmettre un certificat reconnaissant la Société de colonisation de la division électorale des Deux-Montagnes dont le curé était un des membres fondateurs.

10 août

1957: Des problèmes de juridiction font surface entre la police de Dorion et celle de Pincourt lors d’un incident impliquant Garlton Goodhue, un populaire photographe de Dorion. Repéré pour excès de vitesse par des policiers municipaux de Pincourt, Goodhue ignore l’ordre d’arrêter et continue sa route vers Dorion où le suivent les policiers de Pincourt. Les choses se corsent quand les policiers tirent sur le fuyard qui cependant n’est pas touché. Goodhue est arrêté, emprisonné, puis rapidement relâché étant donné les circonstances abracadabrantes de son arrestation; les tirs sont jugés non opportuns et dangereux après examen. Il apparaissait évident que la police de Pincourt avait le droit de poursuivre le délinquant à Dorion, mais en 1957 l’opinion publique déplorait souvent le manque de compétence des policiers municipaux. On invitait les policiers de Pincourt à aller jouer aux héros de films western dans leur propre cour.

11 août

1925: Les sœurs dominicaines arrivent à Hudson le 4 août 1925 et le 11 suivant il est résolu par la commission scolaire de les engager pour enseigner à l’école du village au salaire de 1100 $ par année.

12 août

1950: Les Chevaliers de Colomb de Rigaud, conseil 2881, organise un bingo monstre à l'aréna du collège Bourget. Le directeur du conseil de Rigaud est Évariste Quesnel, grand-chevalier. Hyacinthe Leduc, ex-grand-chevalier, agit comme maître de cérémonie. Au cours de la soirée, Évariste Quesnel a l'heureuse surprise de gagner un poêle électrique d'une valeur de 250 $.

13 août

1829: Au château Saint-Louis de Québec, devant le gouverneur du Bas-Canada James Kempt, Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu, tête nue, sans épée et éperons, et un genou au sol, rend, à haute et intelligible voix, foi et hommage au roi George IV de Grande-Bretagne pour ses seigneuries de Soulanges et Nouvelle-Longueuil.

14 août

1888: Le curé Joseph-Octave Godin de Vaudreuil reçoit un diplôme à titre de directeur particulier du Centre de l’Archiconfrérie de la Garde d’Honneur du Sacré-Cœur de Jésus.

15 août

1948: Cinq sœurs de Sainte-Anne arrivent à Hudson pour remplacer les sœurs dominicaines avec lesquelles la commission scolaire avait un différend sur le plan salarial. La nouvelle entente stipule que les titulaires des classes recevront 800 $ par année et la cuisinière 600 $. Une maison convenablement meublée leur sera fournie ainsi que d’autres services pour l’entretien de leur résidence.

16 août

1708: Naissance de Louis-Joseph Liénard, fils de Louis Liénard, sieur de Beaujeu, lieutenant d'une compagnie du détachement de la marine, et de Thérèse Migeon de Bransat. Le parrain était Alexandre-Joseph de Lestringant, sieur de Saint-Martin, écuyer, capitaine d'une compagnie du détachement de la marine. La marraine était Gertrude Legardeur de Tilly, épouse de Jean-Baptiste Céloron de Blainville. Louis-Joseph de Liénard de Beaujeu était le grand-père de Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu, futur seigneur de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil.

1811: Naissance de Luc-Hyacinthe Masson à Saint-Benoît, fils de Louis Masson, cabaretier, et de Marie-Louise Choquet. Il est élu député de Soulanges en 1854; réformiste, puis conservateur, il ne s'est pas représenté en 1858. Il est défait aux élections de 1861. Il fut élu député conservateur de Soulanges à la Chambre des communes en 1867. Il était également registraire du district de Soulanges, greffier de la Cour de circuit, officier de milice et président de la Société d'agriculture du comté de Soulanges.

17 août

1758: Pierre-François de Rigaud de Vaudreuil, gouverneur de la ville de Montréal et frère de Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnal, lui-même gouverneur de la Nouvelle-France et seigneur de Rigaud et de Vaudreuil, ordonne à l’enseigne en pied Joseph-Dominique-Emmanuel Lemoyne de Longueuil de partir avec les Amérindiens sous ses ordres pour aller combattre du côté du fort George sous les ordres de Joseph Marin de la Malgue. Joseph-Dominique-Emmanuel aurait alors sans doute participé sous les ordres de Marin de la Malgue à une expédition près du fort Ann, New York, contre un détachement commandé par Robert Rogers.

1936: Victoire de l’Union nationale de Maurice Duplessis aux élections à l’Assemblée législative du Québec le 17 août 1936. L’Union nationale obtient 76 des 90 sièges avec 43,4 % des votes exprimés, alors que le Parti libéral obtient 14 sièges avec 30,1 % des votes. Dans Soulanges, Édouard Leduc de l’Union nationale l’emporte avec 1 022 voix, soit une majorité de 157 voix sur le libéral Armand Trépanier. Le libéral indépendant Alphée Blanchard obtient 430 votes. Dans Vaudreuil, Dionel Bellemare de l’Union nationale l’emporte avec 1277 voix, soit une majorité de 301 voix sur son adversaire libéral indépendant Joseph Allan Bray. Le candidat du Parti libéral, Alphide Sabourin, termine dernier avec 749 voix.

1957: Lors de la campagne électorale de 1957, en ce jour d’août, le candidat de l’Union nationale dans Vaudreuil-Soulanges, Loyola Schmidt, promet d'asphalter toutes les routes qui sont actuellement en gravier et sur les bords desquelles se trouvent des habitations. Pour l'année 1957, plus de 30 milles de route sont asphaltées au coût d'un million de dollars. De l'huile et du calcium sont épandus pour abaisser la poussière dans le comté. Divers autres travaux sont annoncés, car aucun endroit ne sera oublié. Le candidat ajoute : « Électeurs et électrices de Vaudreuil-Soulanges, pouvez-vous vous payer le luxe d'être représentés par un député qui siègerait dans l'opposition? Le 19 septembre, l'Union nationale est reportée au pouvoir; Loyola Schmidt est élu dans Vaudreuil-Soulanges.

1987: Les clubs Optimistes du Canada se dotent d'une section entièrement féminine présidée par Nicole Dumont de l'île Perrot. En 1989, Nicole Dumont deviendra lieutenant-gouverneur des huit clubs Optimistes de la région de Vaudreuil et des environs, ce qui représentait alors une première pour le club Optimiste qui traditionnellement était à prédominance masculine.

18 août

1917: En cette journée d’août 1917, de terribles explosions se produisent à la fabrique de poudre de la Curtis and Harvey Limitée, située à Dragon dans la municipalité de Rigaud. Plusieurs personnes sont blessées mais une seule perte de vie est enregistrée, celle de Gordon Shortsede, âgé de 41 ans, contremaître de la compagnie. Outre son épouse, il laisse dans le deuil son fils de 9 ans et sa fille de 7 ans. Il y eut au total 63 explosions dont la plus foudroyante fut la troisième. Ce fut une perte complète pour la compagnie dont les dommages se sont élevés à environ deux millions de dollars. Le sinistre toucha toute la région où plusieurs habitations furent détruites par le feu. Les secousses furent ressenties jusqu'à Saint-Placide sur l’autre rive de la rivière Outaouais. Pendant que les résidants de Dragon s'étaient réfugiés dans la montagne, des pillards sans vergogne profitèrent de l'occasion pour dévaliser les demeures abandonnées pour raison de sécurité.

19 août

1823: Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu, seigneur de Soulanges et Nouvelle-Longueuil, refuse d’être nommé au Conseil législatif du Bas-Canada. Ce refus survient au moment où, entre le Conseil dont les membres ne sont pas élus et la Chambre des députés élus par la population, la querelle s’envenime sur la question des subsides, la pierre d’achoppement du régime constitutionnel de 1791.

1876: Devant le notaire François-De-Sales Bastien, Odile D’Arpentigny vend au curé Théophile Brassard de la paroisse Saint-Michel-de-Vaudreuil deux terrains contigus situés dans les rues Saint-Michel et Saint-Jean-Baptiste pour la somme de 536 $. Il est convenu qu’Odile D’Arpentigny aura quinze jours pour déménager la laiterie qui se trouve sur le terrain du nouvel acquéreur.

20 août

1837: Le 4 août 1837, monseigneur Lartigue, évêque du diocèse de Montréal, avait suscité l'indignation de ses paroissiens en leur demandant de chanter le Te Deum pour célébrer l'accession au trône de la reine Victoria. Cette proposition fut reprise le 20 août par le curé Quévillon de Saint-Polycarpe qui fit l'éloge de la nouvelle reine lors d'un service religieux. Devant un tel discours plusieurs paroissiens de Saint-Polycarpe quittèrent l'église pour ne revenir qu'à la fin du sermon. Malgré la colère de ses paroissiens, le curé Quévillon demanda quand même au chantre Bernard Lemieux d'entonner le Te Deum à la fin du service. Ce geste provoqua à nouveau la colère des paroissiens qui s'en prirent au bedeau puis au sacristain assurant que la cloche de l'église n'appartenait pas à la reine d'Angleterre, mais aux paroissiens, et ajoutant, « qu'elle sonnera quand on le voudra. »

1944: En ce beau jour d'été 1944, un dénommé Caron, ingénieur pour la ville de Montréal et propriétaire d'un chalet au Domaine du Quai sur les rives de l'Outaouais à Rigaud, décide de nettoyer les abords de son camp et met le feu à un tas de branches et de feuilles. Attisé par un vent de l'ouest, la flamme se propage et menace les environs, principalement, la villa d'été de l'École normale des clercs de Saint-Viateur. Malgré l'aide des voisins, le feu devient hors de contrôle et on doit faire appel aux pompiers de Rigaud. Ce n'est qu'après plusieurs heures de travail que l'incendie fut maîtrisée.

21 août

1758: Louis Joseph, marquis de Montcalm est à Carillon et ordonne à Joseph-Dominique-Emmanuel Lemoyne de Longueuil, enseigne en premier des troupes détachées de la Marine, d’aller à la guerre avec un parti de Canadiens et de Sauvages sous le commandement du lieutenant Marin de la Malgue lui enjoignant d’empêcher autant que faire possible de n’exercer aucune cruauté envers l’ennemi voulant que la guerre se passe avec humanité en suivant les usages des nations policées.

1832: Dans une lettre circulaire dont copie est reçue par le curé Paul-Loup Archambault de la paroisse Saint-Michel-de-Vaudreuil, monseigneur Bernard Plessis, évêque de Québec, écrit sur la situation pénible que cause le choléra au Bas-Canada. Il demande que « chacun de nous ajoute des austérités corporelles aux prières et aux autres exercices de piété qui se font partout, afin de fléchir la justice de Dieu, et d’attirer sur nous sa miséricorde. » L’évêque de Québec prie le curé d’informer ses paroissiens des raisons de salubrité publique qui l’engage à accorder une dispense temporaire de l’abstinence et du jeûne. Cette dispense est accordée en souhaitant que ceux qui useront de cette permission ajouteront à leurs exercices de charité et piété ordinaires trois Pater et trois Ave Maria pour demander à Dieu la conversion des pécheurs, et la cessation du fléau dont le pays est affligé.

1966: En 1966, une nouvelle toilette est faite à l’église de Les Cèdres. Le 21 août, son éminence Valérien Bélanger, évêque auxiliaire de Montréal, vient inaugurer l’église nouvellement décorée et consacre le maître-autel.

22 août

1897: Les paroissiens de Coteau-Station adressent une pétition à monseigneur Médard Émard, évêque du diocèse de Valleyfield pour établir un cimetière. L’évêque accorde sa permission le 2 novembre et le cimetière est béni le 10 du même mois.

1945: Trente dames se rencontrent à la salle paroissiale de Coteau-Station pour jeter les bases du Cercle des fermières dont le mot d’ordre est Perfection dans le travail. Le Cercle a pour devise : Bonne entente et coopération.

23 août

1802: Devant le juge De Bonne, Geneviève Lemoyne de Longueuil convoque parents et amis afin de nommer un curateur pour gérer et administrer biens et droits de son fils aîné François-Charles Liénard de Beaujeu. Cette démarche faisait suite au décès récent de son mari Louis Liénard de Beaujeu. Étaient entre autres présents Joseph-Dominique-Emmanuel Lemoyne de Longueuil, frère de Geneviève, Antoine Juchereau Duchesnay, son beau-frère, et William Grant. Avec le consentement de tous, Joseph-Dominique-Emmanuel accepte d’être le curateur de François-Charles qui avait quitté le Canada à l’âge de 10 ans en 1766 pour ne jamais revenir. Ce dernier est décédé à Senlis (France) en janvier 1846.

1813: Monseigneur Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec, écrit au vicaire Paul-Loup Archambault de Les Cèdres pour lui offrir la direction du séminaire de Nicolet. Il lui indique qu’il devra quitter Les Cèdres le 15 septembre pour subir un examen à Montréal, puis se rendre à Québec pour conférer avec lui afin de régler certains articles qui lui apparaissent essentiels au bon ordre et à la conservation des mœurs au séminaire de Nicolet. Paul-Loup Archambault dirigera le séminaire de Nicolet de 1813 à 1816

1882: Pour rétablir les finances du diocèse de Montréal en ces temps de crise économique, la paroisse Saint-Michel-de-Vaudreuil est invitée à payer une somme de 1319 $. L’évêché félicite le curé de Vaudreuil, Célestin Martin, qui, en vertu de sa bienveillante et active coopération dans ce dossier, a su démontrer combien il avait à cœur de voir revenir la prospérité à la mense épiscopale et ainsi donner l’exemple de son attachement à l’autorité.

24 août

1827: La campagne électorale de 1827 a consacré la victoire de Papineau et de Nelson. D'autres candidats, comme John Simpson dans la circonscription de York qui englobe Vaudreuil-Soulanges, ne prisent pas la défaite accusant le clergé canadien d'être responsable de la perte de leur siège à la Chambre : « Pouvais-je me défendre contre de tels instruments et de tels moyens ? On a menacé de refus des sacrements ceux qui voteraient pour moi.», écrit Simpson. Le 24 août, les curés de Saint-Eustache, Sainte-Scholastique, Saint-Michel-de-Vaudreuil, l'île-Perrot, Les Cèdres, Saint-Polycarpe, Saint-Benoît et Rigaud mettent Simpson en demeure « de rétracter les allégués en question et de les contredire par un autre document sous votre seing et qui sera rendu public par la voie de la presse ainsi que l'ont été les accusations que vous avez portées contre nous dans l'adresse susdite », à défaut de quoi, les curés s'engagent à poursuivre leur diffamateur.

1904: Les moulins à scie et à farine de Rigaud, propriété de Archibald de Léry Mcdonald sont détruits par le feu en ce jour d’août 1904. Le 7 novembre suivant, le conseil du village de Rigaud, suite d'une demande de Léry Mcdonald, suivie d'une requête de la population, auquel doit s'ajouter le 30 novembre un référendum dont le résultat favorable permit au Conseil de voter une prime de 2 000 $ à Mcdonald pour la reconstruction de ses moulins à condition qu'il ajoute une moulange pour le sarrasin et le blé d'Inde, l'outillage nécessaire pour la fabrication de la moulée et de la farine en plus d'installer un moulin pour carder la laine. À cette fin, une taxe spéciale de 7 % est prélevée sur les biens fonds des contribuables.

1931: Victoire du Parti libéral de Louis-Alexandre Taschereau aux élections à l’Assemblée législative du Québec. Sur 90 sièges, le Parti libéral en obtient 79 avec 41,9 % des voix exprimées, alors que les conservateurs de Charles-Ernest Gault en obtiennent 11 avec 33,2 % des voix. Dans Soulanges, Avila Farand du Parti libéral l’emporte avec 1120 voix, soit une majorité de 338 sur son adversaire conservateur Édouard Leduc. Dans Vaudreuil, la victoire revient à Elzéar Sabourin du Parti libéral avec 1385 voix, soit une majorité de 262 voix sur son adversaire conservateur Joseph-Ernest-Philippe Deguire.

25 août

1951: Inauguration des travaux de construction du pont Mgr Langlois entre Coteau-du-Lac et Valleyfield. En ce jour d’août 1951, le Premier ministre, Maurice Duplessis, entendait faire un cadeau à Alfred Langlois, évêque de Valleyfield, pour le cinquantième anniversaire de son ordination sacerdotale. Les travaux ne commencèrent seulement qu’en juillet 1952 et le pont fut inauguré en septembre 1954. Ce projet de construction remontait à 1917. Sa réalisation fut retardée par les deux guerres mondiales et par la grande crise économique jusqu’à ce que Maurice Duplessis remette le projet sur la table en 1949.

26 août

1961: Constitution de la Commission scolaire régionale de Soulanges qui comprenait huit commissions scolaires du territoire du comté de Soulanges, soit celles de Saint-Polycarpe, Coteau-du-Lac, Coteau-Landing, Coteau-Station, Saint-Télesphore, Saint-Clet, Rivière-Beaudette, et Sainte-Justine-de-Newton dans le comté de Vaudreuil.

1981: Le Cercle des fermières de Saint-Clet, fondé en 1938, publie un livre de recettes qui connaît un fort succès.

27 août

1801: Nomination de Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu à titre de lieutenant aide major des milices de la ville de Montréal par Robert Shore Milnes, lieutenant-gouverneur du Bas-Canada. En 1807, après le décès de son oncle Joseph-Dominique-Emmanuel Lemoyne de Longueuil, Jacques-Philippe Saveuse de Beaujeu hérite des seigneuries de Soulanges et de Nouvelle-Longueuil.

28 août

1831: Sous la gouverne du curé Jean-Zéphirin Caron, le nouveau seigneur de l’île Perrot depuis 1825, Maurice Mongrain, fils, dépose une requête devant monseigneur Bernard-Claude Panet pour l’érection canonique de la paroisse. La paroisse fut officiellement reconnue l’année suivante suite aux recommandations du curé Paul-Loup Archambault de Vaudreuil.

1891: Le diocèse de Montréal se porte acquéreur d’un terrain de John McNaughton afin d’établir une mission catholique romaine et éventuellement une paroisse à Hudson. Le terrain a coûté 250 $, ce qui est assez cher pour l’époque. Pendant longtemps les gens ont cru qu’il avait été donné gratuitement. Tel ne fut pas le cas selon l’acte no 24326 de l’étude du notaire J.-W. Legault enregistré le 28 août 1891 et qui a pris effet le 3 septembre suivant. Ce n’est qu’en octobre 1896 que les autorités du diocèse de Valleyfield, nouvellement créé (1892), prennent en considération ce projet d’établir une mission à Hudson qui sera dédiée à saint Thomas d’Aquin.

29 août

1760: Alors que les vaisseaux de la flotte anglaise mouillaient dans le port de Québec au début d’août 1760, James Murray s'embarquait pour Montréal avec 2450 hommes. Le 10 août, William Johnson, à la tête de 11000 hommes, prenait la direction de Québec. Le 28 août, le commandant Haviland et ses 3400 hommes quittaient la Pointe-à-la-Chevelure (Crown Point) en direction de l'île aux Noix. Le 29 août, sur l'ordre de Vaudreuil, Bougainville abandonnait cette île aux forces britanniques. Le 30, les troupes françaises abandonnaient le Fort Saint-Jean. Le 31 les Britanniques atteignaient Longueuil, et le 1er septembre Amherst marchait vers Montréal. Le 8 septembre, le fort Chambly est abandonné, ce qui conduisit le gouverneur, Pierre Rigaud de Vaudreuil à signer la capitulation de Montréal et de la Nouvelle-France.

1883: Dédiée à saint Ignace d’Antioche, l’église de Coteau-du-Lac dont la construction avait été parachevée en 1881 reçoit la consécration solennelle par monseigneur Charles-Édouard Fabre, évêque de Montréal.

1925: M. Lawrence Alexander Wilson, philanthrope bien connu de la région de Vaudreuil-Soulanges et d’ailleurs, accorde un don de 25 000 $ pour l’embellissement du village de Les Cèdres.

30 août

1830: L’évêque de Québec, Bernard-Claude Panet envoie une lettre pastorale au curé Paul-Loup Archambault de Vaudreuil à la suite du décès du roi George IV et de l’avènement de Guillaume IV sur le trône de Grande-Bretagne. Il ordonne que le premier dimanche à la réception de sa lettre soit solennellement chanté un Te Deum à l’issue du service divin du matin en action de grâces pour l’avènement au trône du haut et puissant prince et ensuite le psaume Exaudiat. L’évêque Panet souligne que les caractères de bienveillance, de justice et de bonté du nouveau roi doivent pénétrer ses ouailles des sentiments de la confiance la plus respectueuse et de l’attachement le plus inviolable envers sa majesté. Cet avènement donne lieu d’espérer que son règne ne sera pas moins heureux ni moins glorieux pour lui et pour tous ses sujets.

1853: Devant le notaire Bastien de Vaudreuil, Louis-Paschal Lanthier, cultivateur, et Jean-Nicolas Lassial, menuisier, font l’inventaire des biens de la fabrique de la paroisse Saint-Michel-de-Vaudreuil à la demande des marguillers et du curé Paul-Loup Archambault. On remarque sur le terrain, qu’en plus de l’église et du presbytère, il y a deux hangars, une remise, une écurie, une étable, un poulailler et une soue à cochons. L’inventaire comprend aussi tous les ornements du culte et les tableaux dont celui représentant saint Michel terrassant Lucifer. Cet inventaire était devenu nécessaire afin de souscrire à une association pour l’assurance mutuelle des fabriques romaines catholiques des paroisses des diocèses de Montréal et de Saint-Hyacinthe.

31 août

1748: Naissance à Québec d'Eustache-Gaspard-Michel de Lotbinière, fils de Michel Chartier de Lotbinière et de Louise-Madeleine Chaussegros de Léry. Il sert comme cadet lors du siège de Québec en 1759, mais sa carrière militaire tourne court suite à la reddition de la colonie. Il passe en France avec son père, mais revient au Canada en 1763 où il poursuit ses études. Il obtient une commission d'arpenteur en 1768 et à compter de 1770 fait l'acquisition et l'exploitation de plusieurs seigneuries dont celle de Vaudreuil. Il participe à la défense du fort Saint-Jean-sur-Richelieu en 1775 pendant l'invasion américaine. Fait prisonnier, il est envoyé aux États-Unis. Il revient au printemps 1777 et est nommé juge de paix pour le district de Montréal et promu capitaine dans la milice. Il se retire de la milice en juillet 1818 avec le grade de colonel qu'il avait obtenu en 1803.

1863: Naissance à Sainte-Philomène dans le comté de Châteauguay de Joseph-Alphonse Reid, fils d’Antoine Reid, cultivateur, et d’Élisabeth Laberge. Joseph-Alphonse fait ses études au petit et au grand séminaire de Montréal. Il est ordonné par monseigneur Fabre le 25 juillet 1889. Après plusieurs nominations à divers endroits dans le diocèse de Montréal, il est nommé vicaire à Rigaud en 1895. En 1897, il devient responsable de la nouvelle mission de Hudson, où il bâtit chapelle, presbytère et une école dans le village. Lors de son départ de Hudson, il est nommé curé de Saint-Anicet jusqu’à sa retraite en 1944. L’abbé Reid est décédé en 1957 à l’âge de 94 ans. Il est inhumé dans le cimetière de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin-de-Hudson du côté sud-ouest de la croix centrale. Sur la pierre tombale, il est écrit que l’abbé Reid quitte la paroisse en 1922, ce qui est une erreur, on devrait plutôt lire 1923.

Retour vers le haut de la page